Lincoln présidentielles

Construire le véhicule destiné au déplacement d’un chef d’état est un honneur que tout constructeur de voiture escompte toujours. L’importance du rôle et le prestige du président des Etats Unis a fait que, très vite, tous les constructeurs de prestige se sont lancés à la conquête du garage de la Maison Blanche. Leur principale arme, outre les qualités intrinsèques de leurs voitures, est leur service de location. En effet, le prix des voitures destinées à la présidence est si élevé, qu’aucun budget sérieux de l’état ne permet d’honorer; il est alors plus efficace de louer ces voitures à l’année et d’en assurer l’entretien plutôt que de les vendre. Il arrive parfois que le président achète des voitures de série pour son usage personnel ou qu’il en fasse transformer d’autres...

Une approche progressive.

Le premier président à disposer d’une automobile est William Taft. En 1909, il fait acheter une Pierce Arrow. Ce constructeur est ainsi le premier à être représenté à la Maison Blanche, et il le reste jusqu’à la fermeture de l’usine, en 1937. Cadillac envoie quelques voitures à la présidence, un Type 57 de 1918 pour Woodrow Wilson et une limousine 452 A de 1930, à moteur V16, pour Herbert Hoover.

1922 lincoln kitchen truck

La première Lincoln qui rejoint le garage de la Maison Blanche est un Model L de 1921, transformé en cuisine roulante pour les parties de camping qu’organise le président Warren Harding avec ses amis proches, Henry Ford, Harvey Firestone, Thomas Edison et John Burroughs. Son successeur, Calvin Coolidge, achète un Model L en 1924.

Lincoln town car coolidge

Mais ce n’est pas avant 1939 qu’une Lincoln devient la voiture officielle du président des Etats Unis.

Une voiture faite spécialement pour le beau temps.

1939 presidential limo

Franklin Roosevelt est le Président aux Packard. Il en utilise neuf tout au long de ses quatre présidences, de 1933 à 1945. A titre personnel, il conduit des voitures aussi variées que des Ford, des De Soto, des Plymouth ou des Buick. En 1937, il utilise une conduite intérieure Lincoln Model K qui lui donne une entière satisfaction.

En 1939, le Secret Service (le service chargé de la sécurité et de la protection du Président) commande à Ford la construction de la nouvelle voiture officielle de la présidence qui est louée au gouvernement à partir du 1er  décembre 1939.

La voiture est carrossée par Brunn sur un châssis de K-V12 dont l’empattement est porté à 4,064 mètres ; elle mesure ainsi 6,55 m de long, soit 1,83 mètre de plus qu’un phaéton K de série - si ce terme a un sens pour une voiture produite a si peu d’exemplaires. Elle est large de 1,93 m, haute de 1,83 m a des voies de 1,54 m.

1939 sunshinespecial

Peu après l’entrée en guerre des Etats Unis, le Secret Service renvoie la voiture à l’usine Ford de River Rouge, à Dearborn, pour la faire équiper d’un blindage. A l’occasion, la voiture reçoit un remodelage de carrosserie afin de la faire ressembler aux modèles de 1942. Son compteur est alors remis à zéro, ce qui fait qu’il n’indique aujourd’hui qu’à peine plus de 61.000 km. En raison des plaques de blindages et des vitres de 30 mm d’épaisseur à l’épreuve des balles, la voiture pèse 4,2 tonnes. Les pneus résistent également aux balles et ils disposent de chambres à air compartimentées. L’équipement de sécurité est complété par un émetteur-radio à deux voies, un logement à mitraillettes et armes légères, une sirène et des feux d’alarmes rouges. La sellerie intérieure est tendue de cuir brun. La teinte de la carrosserie est noire.

Baptisée « Old 99 », en raison de son immatriculation, la Lincoln blindée est surnommée par la suite « Sunshine Special ». Cette appellation viendrait de la légende d’une photo qui illustre sa description dans un magazine, le journaliste ayant, en effet, remarqué que le président aimait particulièrement l’utiliser quand il faisait beau.

1939 sunshine special

Arrivé à la présidence en 1945, Harry Truman continue d’utiliser la « Sunshine Special » jusqu’en 1948. Elle est la première voiture présidentielle à voyager à l’étranger, le Président l’utilisant au cours de la conférence de Postdam en juillet 1945.

La voiture reste dans le garage de la Maison Blanche jusqu’en 1950. Elle est aujourd’hui exposée au musée Henry Ford à Dearborn, dans le Michigan.

 

Un toit en bulle.

1939 sunshinespecial 1950 bubbletop

L'ancienne et la nouvelle ...

Pour ne désavantager aucun grand constructeur, la Maison Blanche loue ses voitures à chacun d’entre eux à tour de rôle selon un forfait annuel. La formule de location prévoit que l’entretien courant est effectué par le personnel de la Présidence. Pour 1950, l’administration commande dix voitures à Ford : neuf conduites intérieures et une décapotable. Tout en étant disponible à l’usage général de la Maison Blanche, huit de ces voitures sont assignées aux membres de l’équipe du Président et deux, dont la décapotable, sont réservées au Président et à son escorte. Ces nouvelles voitures remplacent des modèles dont certains sont utilisés depuis douze ans. Les constructeurs concurrents, qui souhaitaient tant obtenir la commande de la Maison Blanche, laissent alors entendre que les tarifs de location sont bien faibles en regard de la valeur marchande des voitures.

1950 lincoln cosmopoliitan limousine henney

En effet, les nouvelles voitures sont fabriquées spécialement pour la Maison Blanche sur la base de Lincoln Cosmopolitan. Le dessin des carrosseries est dû au centre de style de la division Lincoln-Mercury, placé sous la direction de Harold T. Youngreen, le vice-président de l’ingénierie du groupe Ford. Confiée au carrossier Henney, de Freeport, dans l’Illinois, la transformation consiste à allonger l’empattement de 3,175 mètres à 3,683 mètres, et à rehausser le toit de manière à permettre aux passagers de conserver leurs chapeaux haut de forme, indispensables pendant les cérémonies officielles. Le carrossier Hess & Eisenhardt, de Cincinnati, dans l’Ohio (une firme établie depuis 1886), est ensuite chargé de blinder entièrement la carrosserie et les vitres. Des marchepieds latéraux rétractables, et des poignées de maintien, doivent permettre aux gardes du corps d’assurer la protection rapprochée des passagers sur les deux voitures destinées au Président. Toutes les voitures sont équipées de deux strapontins devant la banquette arrière, d’une séparation intérieure avec glace électrique et de sirènes et de feux d’alarme rouges. Un interphone permet aux passagers arrière de communiquer avec le chauffeur. Les voitures reçoivent, dans chaque compartiment, des radio-émetteurs à ondes courtes et un système de climatisation séparée. Le climatiseur du compartiment avant est placé sous le capot moteur tandis que celui du compartiment arrière est placé dans le coffre arrière; des durites le relient au radiateur et la prise d’air frais est installée au-dessus de la lunette arrière. Chaque voiture est motorisée par un V8 de série à haute compression et d’une puissance de 152 chevaux accouplé à une transmission automatique « heavy duty HydraMatic ».

1950 cosmopolitan

Peinte en noir et équipées de pneus à flancs blancs, la décapotable présidentielle est habillée d’une sellerie de cuir rouge cerise et noir. Sa capote, à commande électrique, a été étudiée spécialement par les bureaux d’études de Ford. Particularité inhabituelle sur une Lincoln, elle possède des enjoliveurs d’ailes chromés à l’avant comme à l’arrière. Sa taille est de 6,096 mètres, contre 5,62 mètres pour le modèle de série. Sa largeur est de 1,99 mètre, mais les marchepieds des ailes arrières y ajoutent 28,2 cm chacun. Sa hauteur atteint 1,651 m. Les voies sont inchangées avec 1,499 m à l’avant et 1,529 m à l’arrière. Son poids est de 2.926 kg alors qu’une décapotable de série pèse 2.155 kg. Les pneus sont des 8.20 x 15 spéciaux. Une sirène d’alarme et des feux rouges clignotants spéciaux remplacent les feux de route conventionnels. Toute l’ornementation métallique du compartiment passager est plaqués or.

Similaire dans sa présentation, à l’exception de la capote bien sûr, la conduite intérieure destinée au président reçoit des équipements supplémentaires, comme un coffret en bois précieux pour ses affaires personnelles, un équipement pour bouteille thermos et un petit écritoire escamotable. Grâce à la présence de son toit rigide, elle ne pèse que 2.700 kg, ce qui représentent encore 725 kg de plus qu’un modèle de série. Cette limousine est amenée, sous bâche et en camion, le soir du 12 février 1950 au centre de service Esso de la Standard Oil Company à Washington. Elle y est dévoilée en présence d’un petit groupe d’heureux privilégiés avant d’être rebâchée et remisée pour la nuit. Après vérifications, elle est livrée à la Maison Blanche la semaine suivante puis est rejointe par les neuf autres voitures.

1950 bubble top

En 1954, une de ces voitures retourne à Dearborn pour être reconditionnée en landaulet avec la partie arrière du toit en Plexiglas, à l’instigation du président Eisenhower, qui a connu quelques désagréments dans la décapotable par mauvais temps. Surnommée « Bubble Top » (toit en bulle), cette voiture est utilisée pour la dernière fois lors de la parade d’investiture du Président Kennedy en 1961. Elle affiche plus de 160.000 km au compteur, et apparaît totalement démodée au bout de onze ans de services.

1950 bubble top 2

La voiture est conservée à la Maison Blanche jusqu’en 1965. Elle est depuis exposée au musée Henry Ford à Dearborn (Michigan).

Une décapotable fatale.

Le nouveau Président bénéficie alors du travail de quatre années d’études et de discussions entre Ford et les services secrets. Pour rester le fournisseur attitré de la Maison Blanche, Ford a, en effet, étudié la réalisation d’une voiture présidentielle à partir du modèle de la Lincoln Continental prévue pour 1961.

Construite par le carrossier Hess & Eisenhardt, la nouvelle voiture présidentielle est une version allongée de la Lincoln Continental décapotable. Avec un empattement allongé de 83,8 cm à 3,961 m, la voiture atteint une longueur de 6,40 mètres, soit 1,04 mètre de plus que la voiture de série. Elle est également 9 cm plus haute à 1,449 m. la largeur, 1,996 m, et les voies, 1,605 m à l’avant et 1,552 à l’arrière, sont en revanche inchangées. Contrairement au modèle de série, la Lincoln présidentielle présente le fameux bossage arrière simulant une roue de secours de la Continental Mk II. La voiture est peinte en bleu marine très sombre. La carrosserie est cependant celle d’une limousine à toit entièrement démontable et non celle d’une décapotable. La coque unitaire d’un cabriolet de série a été coupée en trois pour être allongée entre les portières avant et arrière d’une part, et entre les portières arrière et les passages de roues arrière d’autre part.

1961 continental construction

Cet allongement permet ainsi au compartiment arrière de recevoir, très confortablement, cinq  passagers, grâce à l’ajout de deux strapontins en avant de la banquette arrière. Le porte-à-faux arrière est également allongé.

Tout ce travail de carrossier nécessite un énorme renforcement structurel de la caisse. Les longerons latéraux reçoivent des renforts d’acier de 6.35 mm et de 12.7 mm, et la traverse du tableau de bord reçoit des attaches renforcées. Les parties spéciales de la carrosserie sont construites avec des matrices Kirksite.

Mécaniquement, la voiture dispose d’un moteur Lincoln de 7 litres de série, à l’exception du vilebrequin renforcé. La direction, assistée, est améliorée avec un diamètre de braquage réduit afin de faciliter les manœuvres. La transmission est entièrement redessinée et renforcée, le pont arrière est spécifique. Les tambours des quatre freins sont garnis d’aluminium. Les ressorts de suspension sont renforcés.

La voiture ne reçoit pas de capote. Sa particularité réside d’ailleurs dans la combinaison de différentes présentations de types de toits.

1961 continental 3

La disposition normale est celle d’une limousine fermée avec un toit métallique unitaire. Ce toit est en métal poli noir au-dessus du compartiment arrière et en acier brossé sur le compartiment chauffeur. Le montant de custode présente une petite vitre triangulaire.

1961 continental bubbletop

Pour les parades effectuées par temps maussade, la voiture est équipée d’un toit entièrement transparent, une amélioration du système de la Lincoln « bubble top » précédente dont seule la partie arrière était transparente. Ce toit est composé de six éléments amovibles. Le Président peut ainsi circuler dans une voiture entièrement couverte ou partiellement découverte, en configuration à toit ouvrant, ou en configuration « landaulet » par exemple.

Un troisième toit est disponible. Composé de trois éléments métalliques amovibles, ce toit permet lui aussi de circuler en version toit ouvrant ou landaulet, et de façon moins voyante qu’avec le toit transparent. La combinaison des différents éléments de ses deux toits permet d’ailleurs une multitude de configurations. Ils sont tous les deux logés dans le coffre arrière (ce qui a nécessité l’allongement du porte-à-faux).

1961 continental

Enfin, pour les parades par beau temps, la voiture peut être entièrement découverte. Quand elle est transportée en dehors de Washington, la Lincoln Continental se présente ainsi, le toit métallique voyageant dans un conteneur particulier.

La nouvelle voiture présidentielle est, sans aucun doute, la voiture disposant du plus grand nombre d’équipements et d’accessoires jamais utilisés par la Maison Blanche.

Les deux compartiments ont chacun un radiotéléphone à deux voies et une climatisation à air conditionné. L’intérieur de la voiture est tendu de cuir bleu clair et bleu nuit. Le plancher du compartiment arrière est recouvert d’une moquette en peau de mouton. Deux plaids, brodés au sceau du président, sont placés sur les contre-portes arrière. La banquette arrière peut être éclairée par une lumière indirecte au néon dissimulée dans le toit et deux liseuses individuelles sont placées sur les montants arrière. La voiture dispose, en outre, d’un autoradio, d’un extincteur automatique, d’une trousse médicale d’urgence, d’une sirène, d’un phare d’alarme et de compartiments de rangements spéciaux. Deux feux d’alarme clignotants rouges sont encastrés dans le pare-chocs avant et deux spots, intégrés aux ailes avant, permettent d’éclairer les porte-étendards. Tous les accessoires électriques sont contrôlés par le chauffeur qui dispose d’une console particulière sur son tableau de bord.

Mais l’équipement le plus insolite est la banquette arrière qui peut être levée, par commande électrique, à près de 27 cm du plancher quand la section arrière du toit est enlevée; cela permet au président d’être vu plus facilement tout en restant assis.

1963 18 11 tampa fla

Si le président choisit de rester debout, il peut se tenir à une barre d’appui placée au milieu de la voiture.

1961 continental 2

Enfin, pour permettre aux gardes du corps d’assurer la protection rapprochée du Président pendant une parade, la voiture est équipée de deux marchepieds latéraux rétractables et de poignées de maintien intégrées à la ligne de caisse. Deux marchepieds supplémentaires sont encastrés dans le pare-chocs arrière; des poignées de maintien amovibles peuvent être montées sur le capot du coffre.

1961 continental protection

Hess & Eisenhard livre la voiture à Ford le 20 mai 1961 pour les derniers essais techniques. Au début du mois de juin, la Lincoln Continental Presidential arrive à la Maison Blanche.

C’est dans cette voiture que John F. Kennedy est assis ce tragique 22 novembre 1963 quand les balles de ses assassins le frappent mortellement. La parade à travers les rues de Dallas est effectuée en configuration entièrement découverte, et aucun garde du corps n’assure la protection rapprochée du président, bien que les poignées de maintien arrière aient été installées.

1961 continental en reconstruction

Après l’attentat, la voiture est ramenée par avion à Washington où elle reste jusqu’à ce que le Secret Service la renvoie chez Ford pour une remise en état complète après que l’enquête officielle soit close et que la commission Warren recommande de la faire modifier. Peu de pièces originales de la voiture ont été conservées par la Maison Blanche, mais Ford conserve soigneusement toutes celles que ses ateliers ont enlevées, l’intérieur ensanglanté inclus.

1965 continental

1965 continental 2

Reconditionnée, la voiture revient à la Maison Blanche en juin 1964 où elle reçoit ensuite des modifications mineures et une nouvelle peinture noire. Ce n’est que le 5 octobre 1964 que le Président Johnson l’utilise à nouveau, à l’occasion de la visite du Président philippin Macapagal.

1965 continental 1 sortie

Dans sa nouvelle tenue, la Continental pèse plus de cinq tonnes, en raison du blindage intégral de la carrosserie (700 kg de tôles ont été ajoutés) et des vitres à l’épreuve des balles constituées de huit épaisseurs! Les pneus sont, eux-aussi, à l’épreuve des balles; et sont constitués, en réalité, de disques d’aluminium recouverts de caoutchouc. Par ailleurs, une séparation vitrée est installée entre les compartiments avant et arrière. Pour compenser cet accroissement du poids, la voiture reçoit un moteur plus puissant, une nouvelle transmission et de nouvelles suspensions. Enfin, le système d’air conditionné est amélioré.

1965 continental 3

La voiture est conservée à la Maison Blanche jusqu’au début de 1977. Elle est depuis exposée au musée Henry Ford à Dearborn (Michigan).

Deux autres Lincoln Continental découvrables équipent la flotte de la Maison Blanche, la « Queen Mary » et la « Queen Elizabeth », du nom des célèbres paquebots britanniques. Destinées aux Services Secrets, elles disposent des marchepieds latéraux de 28 cm de large et de très hautes poignées de maintien pour permettre aux gardes du corps de monter ou de descendre très rapidement de ces voitures.

 

La Continental Lehmann-Peterson de 1969.

1968 continental 3

Le Président élu Nixon utilise la Lincoln présidentielle pour la première fois en novembre 1968, deux mois avant son investiture, pour se rendre à l’hôpital Walter Reed. Mais, dès l’année suivante, la voiture est remplacée par une nouvelle Lincoln Continental allongée et rehaussée par Lehmann & Peterson, blindée et équipée des habituels marchepieds et poignées de maintien pour les gardes du corps bien sûr.  La voiture repose sur un empattement de 4,064 m et des voies de 1,608 m à l’avant et de 1,567 m à l’arrière. Sa longueur atteint 6,477 m, sa largeur est de 2,037 m et sa hauteur de 1,506 m. Elle est équipée de 2 tonnes de plaques de blindage et elle résiste à un tir de fusil de calibre 7,62 et à un barrage de cocktails Molotov. Elle est équipée de pneus de poids lourds qui contiennent chacun un énorme disque d'acier recouvert de caoutchouc qui lui permettent de rouler jusqu'à 80 km/h avec les pneus à plat.

1968 continental

Commandée en 1966, la voiture est le résultat d'une étude commune entre le Secret Service, les ingénieurs de la division Lincoln-Mercury, le carrossier de Chicago Lehmann-Peterson Inc et le fabricant de verre PPG Industries. Elle est établie à partir d'un modèle de 1967, mais, compte tenu du délai de fabrication, elle présente l'allure d'un modèle de 1968. Elle se caractérise par son toit vitré sur les deux tiers arrière. Le coût complet de son développement et de sa fabrication est estimé à 500.000$.

1968 continental livraison

la voiture est présentée au Président Johnson en août 1968, mais Ford ne la livre officiellement que le 21 octobre suivant après l'avoir retouchée pour qu'elle présente l'apparence des modèles de 1969. Le Président Johnson n'a donc que très peu d'occasions de l'utiliser avant la fin de son mandat et de la laisser à son successeur le 20 janvier 1969.

1968 continental 2

Mais le nouveau président, au soulagement de ses services de sécurité, préfère le confort discret de sa limousine Cadillac de 1967.

La voiture est aujourd’hui exposée à la Bibliothèque Nixon à Yorba Linda (Californie).

 

La Continental de 1974.

1972 lincoln

En 1974, la voiture est remplacée par une nouvelle Lincoln Continental à l’empattement allongé à 4,089 m et aux voies de 1,651 m. Sa longueur atteint 6,579 m, sa largeur est de 2,022 m et sa hauteur de 1,552 m.

La voiture est en fait un modèle de 1970 mais les travaux de transformations prennent près de trois ans pour être menés à bien, et elle arbore la face des modèles de 1972. Entièrement blindée, la voiture pèse 5,9 tonnes et elle est propulsée par un V8 de 7,5 litres (460 c.i.) et de 214 ch. Elle dispose d’un toit ouvrant de façon à ce que le président puisse se tenir debout pendant une parade. L’équipement comprend des micros qui permettent aux occupants d’entendre ce qui se passe à l’extérieur.

1972 continental 2

Comme la Continental du Président Kennedy, la nouvelle Lincoln est connue dans le monde entier mais cette fois pour avoir réussi à protéger ses illustres passagers. La première fois en 1975 lors de la tentative d’assassinat du Président Ford à San Francisco le 22 septembre 1975 et la seconde fois lors de celle du Président Reagan à Washington le 30 mars 1981.

1975 09 22 1983 30 03

Elle est également la seule limousine présidentielle a avoir eu un accident de la circulation. Le 14 octobre 1975, en quittant un congrès du Parti Républicain à Hartford (Connecticut), le cortège présidentiel se dirige rapidement vers l’aéroport sans s’arrêter. En franchissant un feu rouge dans le centre ville trois blocs plus loin, la limousine coupe la priorité à la Buick verte de 1972 de James Salnites, un jeune homme de 19 ans accompagné de cinq des ses amis. La Buick percute l’aile avant droite de la Lincoln. Si la partie avant de la Buick est totalement détruite, la Lincoln n’a que son aile abimée, quelques bosses près de la poignée de porte, une baguette chromée tordue et un enjoliveur de roue enlevé. Le Secret Service reconnaît sa responsabilité pour ne pas avoir sécurisé l’intersection.

1972 buick hartford

La Lincoln reste en service jusqu’en 1983, quand elle est remplacée par une limousine Cadillac. La voiture est alors exposée au musée Henry Ford à Dearborn (Michigan). Elle est alors remaniée pour la faire ressembler aux derniers modèles de la série sortis en 1978.

1978 continental 1

 

La dernière Continental présidentielle.

1989 towncar

Ce n’est qu’avec le président Bush qu’une Lincoln retrouve son rang de voiture présidentielle; une Town Car de 1990 à l’empattement allongé à 4,115 m et aux voies avant de 1,669 m et arrière de 1,626 m. Sa longueur atteint 6,598 m, sa largeur est de 1,984 m et sa hauteur de 1,575 m. Pour améliorer sa résistance, la voiture est construite sur le châssis d’un camion. Elle est équipée d’un V8 de 7,5 litres accouplé à une boîte de vitesse automatique E4OD et à la transmission d’un pick-up Ford F-250.

Le Secret Service ne fournit quasiment aucune information sur la voiture. Son porte parole, Don Worley, se contente de dire qu’ « elle est blindée » mais que « le degré et les zones de blindage sont des informations classifiées ».

1989 town car

La voiture est livrée à la Maison-Blanche en janvier 1989  où elle est utilisée jusqu’en 1993. Elle est depuis exposée à la bibliothèque présidentielle Georges Bush à College Station (Texas). C'est la dernière voiture présidentielle donnée à une institution ; les suivantes seront détruites pour éviter de trahir les secrets de fabrication qu'elles contiennent.

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site