Le Modèle L (1920-1930)

  1. Année modèle 1921

Leland confie le dessin de la voiture à son gendre, Angus Woodbridge. Ce dernier n’a qu’une expérience de modiste féminin, il dessine donc une voiture conforme aux standards de l’époque et sans grande originalité, avec une ligne de caisse haute et un pare-brise vertical. La gamme des carrosseries comprend logiquement des torpédos, des conduites intérieures, un coupé, un roadster et des voitures de maîtres. En tout, la gamme comprend 12 modèles, désignés sous la dénomination de « Type ». Les torpédos se déclinent en versions à 7 places (Touring, Type 101), à 5 places (Phaeton, Type 103) et à 4 places (Deluxe Phaeton, Type 112). De la même façon, les conduites intérieures se déclinent en versions à 5 places (Sedan, Type 105) et à 7 places (Sedan, Type 108) et en versions avec séparation intérieure (Limousine, Type 106, et Berline, Type 110). Les carrosseries à 2 portes comprennent le coupé à 4 places (Type 104), le roadster à 3 places (Type 102) et le roadster à 2 places et siège spider (Type 111). Enfin, les voitures de maîtres sont représentées par un coupé-chauffeur décliné en versions à 5 places (Town Brougham, Type 107) ou à 7 places (Town Car, Type 109).

Leland contacte alors son ami William C. Anderson, le directeur de la société Anderson Carriage Company, pour lui demander de construire ces carrosseries. Le contrat passé avec Anderson prévoit des livraisons étalées sur trois ans de 4.061 carrosseries, réparties entre :

  • 1.500 torpédos 7 places (Touring, Type 101) ;
  • 941 coupés (Type 104) ;
  • 708 conduites intérieures 5 places (Sedan, Type 105) ;
  • 335 torpédos 5 places (Phaeton, Type 103) ;
  • 300 roadsters avec siège spider (Type 111) ;

Type 106 limousine anderson 1921 1922

Type 106 Limousine (Voir son histoire http://driving.ca/ford/auto-news/news/gps-no-but-it-has-a-dictagraph-transmitter)

  • 101 limousines (Type 106) ;
  • 95 roadsters à 3 places (Type 102) ;
  • 33 coupés-chauffeur 7 places (Town Car, Type 109) ;
  • 26 conduites intérieures à 7 places (Sedan, Type 108) ;
  • 12 coupés-chauffeur à 5 places (Town Brougham, Type 107) ;

Type 110 berline brunn anderson 1921 1922

Type 110 Berline (dessin Brunn)

  • 10 conduites intérieures 7 places avec séparation intérieure (Berline, Type 110).

En revanche, la production de la torpédo à 4 places (Deluxe Phaeton, Type 112) est confiée au carrossier American Body Company, de Buffalo (New York), qui reçoit une commande de 980 exemplaires sur trois ans.

Les tarifs débutent à 4.600$ pour la torpédo (Touring, Type 101) comme pour le roadster (Type 102). Le coupé (Type 104) est à 5.750$, la conduite intérieure (Sedan, Type 105) à 6.000$ et le coupé-chauffeur 5 places (Town Brougham, Type 107) à 6.250$. Au sommet de la gamme, la limousine (Type 106) et le coupé-chauffeur 7 places (Town Car, Type 109) sont affichés à 6.600$.

 

L’année modèle 1921 (qui commence en septembre 1920) s’achève avec la livraison de 2.422 carrosseries, soit 60% de la commande, réparties entre :

  • 1.015 torpédos 7 places (Touring, Type 101) et 18 versions à toit fixe (California Top, Type 101 A), soit 69% de la commande ;
  • 451 coupés (Type 104), soit 48% ;
  • 352 conduites intérieures 5 places (Sedan, Type 105), soit 50% ;
  • 278 torpédos 5 places (Phaeton, Type 103), soit 83% ;
  • 101 limousines (Type 106), soit 100% ;
  • 68 roadsters avec siège spider (Type 111), soit 23% ;
  • 78 roadsters à 3 places (Type 102), soit 82% ;
  • 19 coupés-chauffeur 7 places (Town Car, Type 109), soit 58% ;
  • 26 conduites intérieures à 7 places (Sedan, Type 108), soit 100% ;
  • 10 coupés-chauffeur à 5 places (Town Brougham, Type 107), soit 83% ;
  • 6 conduites intérieures 7 places avec séparation intérieure (Berline, Type 110), soit 60%.

L’occupation des ateliers d’Anderson oblige toutefois ce dernier à sous-traiter une partie de la production du roadster 2 places avec siège spider (Type 111) au carrossier Lang, de Cleveland (Ohio) qui en fabrique 45 exemplaires.

De son côté, American produit 196 exemplaires de la torpédo à 4 places Deluxe Phaeton.

 

Les carrosseries fabriquées par Judkins

Lincoln propose également d’acquérir le châssis nu (désigné Type 122) pour y faire installer la carrosserie de son choix. Otis J. Funderburk, le président de la société Puritan Motors qui diffuse la nouvelle voiture à Boston, commande ainsi une carrosserie de conduite intérieure (sedan) à 4 places au carrossier Judkins, de Merrimac (Massachusetts). La carrosserie est dessinée par John F. Dobben (1889-1974), un dessinateur né aux Pays-Bas où son père fabriquait des carrosses pour la reine Wilhelmine. Le dessin se caractérise par un parebrise en trois parties constitué d’une vitre principale posée sur des montants inclinés et de deux petites vitres latérale de forme triangulaire qui relient ces derniers aux montants des portes.

Otis J. Funderburk trouve ce dessin si magnifique par rapport à la carrosserie de série qu’il la conduit à Detroit pour la montrer au directeur des ventes de Lincoln, Ralph C. Getsinger. Apparemment, ce dernier en convient et il en commande 50 exemplaires à Judkins en juillet. En fait, la commande se décompose en 25 exemplaires en version à 2 vitres latérales (2 Window Sedan, Type 113 A) et 25 exemplaires en versions à 3 vitres latérales (3 Window Sedan, Type 113 B). Lincoln poursuit alors la coopération avec Judkins en commandant ensuite 100 exemplaires d’une conduite intérieure à 7 places ; 50 modèles sans séparation intérieure (Sedan, Type 114) et 50 avec (Berline, Type 115).

Type 114 sedan judkins 1921 1922

Type 114 Sedan, Judkins

Au cours de l’année modèle 1921, Judkins livre ainsi les 2 séries de 25 exemplaires du Type 113 ainsi que 29 exemplaires du Type 114 et 25 exemplaires du Type 115. Le tarif de base de ces modèles est fixé à 5.200$.

Au final, Lincoln livre 253 châssis nus, dont certains sont carrossés en véhicules utilitaires comme des pick-up et des camionnettes de livraison.

L’année modèle 1921 s’achève donc avec la production de 2.722 voitures carrossées et de 253 châssis nus, soit 2.975 châssis Modèle L. Sur ce total, 834 châssis sont produits entre septembre et décembre 1920, et 2.141 entre janvier et septembre 1921.

Les carrosseries les plus populaires sont celles des torpédos (1.507 unités, soit 55,4%), très loin devant celles des conduites intérieures (589 unités, 21,6%, dont 132 avec séparation intérieure, soit 22,4%), des coupés (451 unités,  16,6%), et des roadsters (146 unités, 5,4%). Les voitures de maître ne représentent que 1,1% de la production avec 29 unités. Le marché reflète ainsi le goût des clients pour les voitures ouvertes (60,7%) par rapport aux voitures fermées (38,2%).

 

  1. Année modèle 1922.

La gamme est reconduite presque intégralement pour l’année modèle 1922. La conduite intérieure à 7 places (Type 108) est remplacée par sa nouvelle version (Type 117), tandis que la nouvelle conduite intérieure à 7 places et séparation intérieure (Limousine, Type 118) remplace à la fois la Limousine (Type 106) et la Berline (Type 110).

Type 118 limousine brunn anderson 1922 1924

Type 118 Limousine (dessin Brunn)

Ces deux nouveaux modèles sont dessinés par le studio de style du carrossier Brunn, de Buffalo (New York).

Mais les difficultés dans lesquelles se débattent les Leland empêchent de poursuivre un programme de production correctement établi. Jusqu’en février 1922, les fabrications ne représentent que 128 voitures carrossées et 22 châssis nus, soit 150 unités. Anderson ne livre en effet que 23 carrosseries : 12 coupés (Type 104), 3 torpédos à 7 places (Touring, Type 101), 2 coupés-chauffeur à 7 places (Town Car, Type 109), 2 conduites intérieures à 7 places (Sedan, Type 117) et un exemplaire seulement de la conduite intérieure à 5 places (Sedan, Type 105), du coupé-chauffeur à 5 places (Town Brougham, Type 107), du roadster 2 places à siège spider (Type 111) et de la conduite intérieure à 7 places et séparation intérieure (Limousine, Type 118). De son côté, American ne livre que 8 exemplaires de la torpédo à 4 places (Deluxe Phaeton, Type 112).

Le contrat avec Judkins est bien mieux exécuté puisque le carrossier livre 70 carrosseries : 28 conduites intérieures à 4 places (Sedan, Type 113), 23 conduites intérieures 5 places avec séparation intérieure (Berline, Type 115) et 19 conduites intérieures à 7 places (Sedan, Type 114). Le carrossier réalise également une carrosserie de Coupé à 2 places, sous sa propre référence 702.

Enfin, Lincoln accepte de livrer le carrossier Fleetwood (de Fleetwood, en Pennsylvanie) pour assembler 20 exemplaires d’une conduite intérieure à 7 places avec séparation intérieure (Limousine, Type 119) et 6 exemplaires d’une conduite intérieure à 7 places (Type 116).

 

La reprise de la marque par Ford relance les contrats de livraison. A partir de mars et jusqu’à la fin de l’année modèle, Lincoln assemble 5.247 voitures carrossées et 265 châssis nus, soit 5.512 unités. Cela représente un quasi doublement de la production réalisée sous la direction des Leland. Trois raisons expliquent ce décollage de la marque ; la confiance assurée par l’intégration à l’empire Ford, la baisse du prix de vente des voitures et le renouveau du dessin des carrosseries. En effet,  n’appréciant pas le style des Lincoln de série, Edsel Ford demande au carrossier Brunn de dessiner 5 nouvelles carrosseries : un coupé à 4 places (Type 126), une torpédo à 7 places (Type 124), une conduite intérieure à 5 places (Type 129), une conduite intérieure à 7 places et séparation intérieure (Limousine, Type 121) et un coupé-chauffeur à 6 places (Town Car, Type120).

Type 129 sedan brunn anderson 1922 1924

Type 129 Sedan (dessin Brunn) à côté d'une Ford A

Judkins est lui-aussi contacté pour dessiner une nouvelle conduite intérieure à 4 places, déclinée en versions à 2 et 3 fenêtres latérales (Sedan, Type 125 et Type 127) et en une version à séparation intérieure (Berline, Type 128). Les tarifs de vente sont abaissés de 1.000$ par rapport à ceux pratiqués par les Leland ; ils s’échelonnent de 3.800$ pour la torpédo de base (Touring) jusqu’à 7.500$ pour un coupé-chauffeur (Town Car) ; une Ford T coûte alors 269$. Enfin, l’écusson placé sur le radiateur est modifié : la mention « Leland Build » est remplacée par celle de « Ford Detroit ».

Face à ce succès, Lang et Babcock reçoivent des commandes pour compléter la production des modèles qu’Anderson et American ne peuvent pas assurer.

Au final, Anderson livre 2.917 carrosseries, dont certaines sont sous-traitées à Lang et à Babcock :

  • 1.270 conduites intérieures à 7 places dessinées par Brunn dont 717 sans séparation intérieure (Sedan, Type 117) et 553 avec (Limousine, Type 118). Une partie de leur production est confiée à Lang ;
  • 480 torpédos à 7 places (Touring, Type 101) ;
  • 429 coupés à 4 places (Type 104) ;
  • 343 conduites intérieures à 5 places (Type 105) ;
  • 177 roadsters à 2 places (Type 111), dont 50 sont construits par Lang ;
  • 163 conduites intérieures à 4 places dessinées par Judkins, dont 104 à 3 vitres latérales (3 Window Sedan, Type 127) et 59 à 2 vitres latérales (2 Window Sedan, Type 125). Une partie de leur production est confiée à Babcock ;
  • 37 torpédos à 5 places (Phaeton, Type 103) ;
  • 10 coupés-chauffeur à 7 places (Town Car, Type 109) ;
  • 6 roadsters à 3 places (Type 102) ;
  • 1 coupé-chauffeur à 5 places (Type 107) ;
  • 1 conduite intérieure à 5 places (Sedan, Type 129).

American livre 1.900 carrosseries, dont certaines sont sous-traitées à Lang :

  • 1.136 torpédos à 7 places (Touring, Type 124 A) ;
  • 763 torpédos à 4 places (DeLuxe Phaeton, Type 112) ;
  • 1 coupé (Type 126).

Judkins livre 422 carrosseries :

  • 325 conduites intérieures à 4 places (Sedan, Type 113) ;
  • 74 conduites intérieures à 4 places à séparation intérieure (Berline, Type 128) ;
  • 14 coupés à 2 places (Type 702) ;
  • 6 conduites intérieures à 5 places à séparation intérieure (Berline, Type 115) ;
  • 3 conduites intérieures à 7 places (Sedan, Type 114).

Enfin, Brunn livre 8 carrosseries :

  • 6 coupés-chauffeur à 6 places (Town Car, Type 120) ;
  • 2 limousines à séparation intérieure (Type 121).

Au terme de cette année modèle, le contrat initial passé par les Leland à Anderson pour les 10 premiers types de carrosseries est réalisé à 98% ; il ne manque que 82 carrosseries sur les 3.761 commandées : 49 coupés (Type 104), 20 torpédos à 5 places (Type 103), 12 conduites intérieures à 5 places (Type 105), 4 conduites intérieures à séparation intérieure (Type 110), 2 coupés-chauffeur à 7 places (Type 109) et 2 torpédos à 7 places (Type 101). La production du roadster à 2 places (Type 111) est maintenue et le carrossier reçoit de nouvelles commandes de la part de Lincoln.

L’année modèle 1922 voit donc la production de 5.375 voitures carrossées et de 287 châssis nus, soit 5.662 châssis Modèle L. Sur ce total, 175 châssis sont produits à la fin de l’année 1921 et 5.200 au cours de l’année 1922.

Les carrosseries les plus populaires sont toujours celles des torpédos (2.427 unités), mais leur part dans la production globale est en fort recul (45,2%, -10,2 points). Elles sont en effet délaissées au profit des conduites intérieures (2.287 unités, dont 679 avec séparation intérieure, soit 29,7%) dont la part bondit à 42,5% (+20,9 points). Les coupés (457 unités,  8,5%) et les roadsters (184 unités, 3,4%) perdent également du terrain (-8,1 points et -1,9 points respectivement), tandis que les voitures de maître restent toujours aussi marginales (20 unités, 0,4%, -0,7 points). Les carrosseries fermées (51,1%) sont désormais préférée aux carrosseries ouvertes (48,6%).

 

  1. L’année modèle 1923.

De façon à augmenter l’habitabilité des carrosseries, l’empattement du châssis est allongé à 3,45 m. Le moteur reçoit ses premières modifications avec le montage de pistons en aluminium et une amélioration du refroidissement des culasses.

La gamme est remaniée avec l’arrêt de 12 types de carrosseries, l’arrivée de 3 nouvelles carrosseries dessinées par Brunn [une torpédo à 4 places avec malle arrière (Phaeton with Trunk, Type 123), un roadster à 3 places (Type 130) et un coupé-chauffeur découvrable à 6 places (Cabriolet, Type 131)], et celle de 2 autres dessinées par Judkins ; une conduite intérieure à 4 places et 2 vitres latérales (2 Window Sedan, Type 132) et sa version à 3 vitres latérales (3 Window Sedan, Type 133). La fabrication des carrosseries est confiée aux carrossiers déjà en contrat avec Lincoln.

Tout en respectant l’originalité et l’intégrité des carrossiers, Edsel Ford approuve personnellement chaque dessin de carrosserie avant qu’elle soit produite et il contrôle que les normes rigoureuses fixées par Lincoln pour la fabrication des carrosseries soient respectées, des normes qui sont presque toujours plus élevées que celles que les carrossiers appliquent pour leurs autres contrats. La superstructure des carrosseries est réalisée dans le bois le plus dur et le plus beau et chaque composant de la structure est réalisé à partir d’un seul morceau de bois : l’assemblage de différents morceaux ou la formation à la vapeur n’est jamais été autorisée. L’accastillage est en bronze et les panneaux de carrosserie sont en aluminium. Même si les Leland sont partis, leur idéal d’une voiture durable est conservé.

La clientèle répond en nombre à la touche d’Edsel, au-delà des attentes les plus optimistes des Leland. Au fur et à mesure que l’image tranquille et discrète des Lincoln devient plus raffinée, la marque devient la préférée des médecins, des avocats et des universitaires qui apprécient l’excellence mais ne souhaite pas l’étaler en public. Le prix de base de Lincoln est élevé à 4.500$, et pour ce tarif, on peut acheter une Packard Eight et deux Ford T, mais même à ce tarif il est douteux que Ford gagne de l’argent avec Lincoln (ce qui est cependant difficile à prouver en raison du mode de calcul des coûts très simpliste de l’époque ; le total des recettes est comparé à celui des factures pour déterminer la rentabilité du produit). Le coût exorbitant des matériaux et la multitude des heures de travail passées à finir, à essayer et à mettre au point chaque châssis consomme les revenus apportés par les ventes. Mais Edsel Ford sait que le rôle de Lincoln n’est pas de faire de l’argent.

Le carrossier Anderson, qui prend l’appellation de Towson à la suite de la reprise de la firme par son directeur et désormais principal actionnaire, M.S. Towson, livre 4.090 carrosseries, en poursuivant toujours ses fabrications avec Lang et Babcock :

  • 1.534 conduites intérieures à 7 places dessinées par Brunn dont 971 sans séparation intérieure (Sedan, Type 117) et 563 avec (Limousine, Type 118). Une partie de leur production est confiée à Lang ;
  • 1.195 conduites intérieures à 5 places (Sedan, Type 129) ;
  • 897 conduites intérieures à 4 places dessinées par Judkins, dont 532 à 3 vitres latérales (3 Window Sedan, Type 127) et 365 à 2 vitres latérales (2 Window Sedan, Type 125). Une partie de leur production est confiée à Babcock ;
  • 362 conduites intérieures à 4 places dessinées par Judkins, dont 269 à 3 vitres latérales (3 Window Sedan, Type 133) et 93 à 2 vitres latérales (2 Window Sedan, Type 132). Une partie de leur production est confiée à Babcock ;
  • 48 roadsters à 3 places (Type 130) ;
  • 54 roadsters à siège spider (Type 111), dont la moitié est sous-traitée à Lang.

American livre pour sa part 3.074 carrosseries :

  • 1.182 torpédos à 7 places (Touring, Type 124) ;
  • 1.601 torpédos à 4 places avec coffre (Phaeton with Trunk, Type 123), dont une partie est sous-traitée à Lang ;
  • 816 coupés à 4 places (Type 126) ;
  • 15 torpédos à 4 places (DeLuxe Phaeton, Type 112)

Judkins réalise quant à lui 446 carrosseries :

  • 238 conduites intérieures à 4 places avec séparation intérieure (Berline, Type 128) ;
  • 208 coupés à 2 places (Type 702).

Et Brunn réalise 68 carrosseries :

  • 50 coupés-chauffeur à 6 places (Town Car, Type 120) ;
  • 18 conduites intérieures à 7 places avec séparation intérieure (Limousine, Type 121) ;
  • 14 cabriolets à 6 places (Type 131).

De son côté, Fleetwood propose 5 nouvelles carrosseries : une limousine à 7 places (Type 2340), un cabriolet à 6 places (Type 2421) et sa version entièrement découvrable (Type 2451), et un coupé-chauffeur à 7 places (Town Car, Type 2473) et sa version landaulet (Type 2493). Sa production est de 46 carrosseries : 23 coupés-chauffeur (12 landaulets et 11 Town Car), 18 cabriolets (dont la moitié entièrement découvrables) et 5 limousines.

Au final, ce sont donc 7.738 carrosseries qui sont livrées au cours de l’année modèle. La production de Lincoln atteint ainsi 7.915 unités en y ajoutant les 177 châssis nus qui sont fabriqués, soit une progression de 40%. Le service de la police de Detroit s’équipe de torpédos Lincoln qu’il demande avec des freins sur les quatre roues pour former le Detroit Police Flying Squad. C’est la première commande de ce type et par la suite, de  nombreuses administrations se dotent d’une flotte de voitures Lincoln.

Désormais, ce sont les conduites intérieures (4.249 unités, dont 824 avec séparation intérieure, soit 19,4%) qui sont les plus appréciées (54,9%, +12,4 points), la part des torpédos chutant à 29,2% (-16 points, à 2.258 unités). Les coupés (1.024 unités,  13,2%, +4,7 points) font également une belle progression, alors que les roadsters (102 unités, 1,3%) stagnent en production et reculent en proportion (-2,1 points). Enfin, les voitures de maître restent toujours marginales (1,4%) mais leur production quintuple (105 unités). En trois années, le marché s’est ainsi inversé et les clients apprécient de plus en plus le confort des voitures fermées (68,1%) au charme relatif des carrosseries ouvertes (30,5%).

 

  1. L’année modèle 1924.

Pour 1924, le dessin des ailes est légèrement retouché et les barres du radiateur, horizontales jusque-là, deviennent verticales. Les phares nickelés, proposés auparavant en option, sont désormais montés en série. Enfin, l’inscription « Ford-Detroit » disparaît de l’emblème de calandre. A partir de cette année, le moteur est peint en gris foncé (il l’était en gris clair avant) et la cloison pare-feu est peinte de la même couleur que la carrosserie sur les modèles sur mesure. Enfin, la jauge à carburant est installée sur le tableau de bord au lieu d’être placée sur le côté conducteur du réservoir d’essence ; elle est actionnée par un câble mécanique. Les dernières carrosseries de l’ère Leland (le roadster (Type 111) et la torpédo à 4 places (Deluxe Phaeton, Type 112) disparaissent, définitivement supplantées par le Type 130 et le Type 123.

La gamme des carrosseries de série construites par Towson, épaulé par Lang et par Babcock, est complétée de deux nouvelles conduites intérieures ; une dessinée par Judkins et une autre par Brunn. La première est une conduite intérieure à 4 places déclinée en une version à deux vitres latérales (2 Window Sedan, Type 125 A) et une version à trois vitres latérales (3 Window Sedan, Type 125 B). La seconde est déclinée en trois versions : une version à 7 places (Sedan, Type 134), déclinée en une version à séparation intérieure (Limousine, Type 135) et en une version à 5 places (Sedan, Type 136).

Type 135 limousine brunn anderson 1924 1925

Type 135 Limousine (dessin Brunn)

Une nouvelle carrosserie fabriquée par Brunn apparaît : un coupé-chauffeur décliné en une version entièrement découvrable (Cabriolet à 5 places, Type 137), une version à toit landaulet (Town Car, Type 138 A) et une version à toit fixe (Town Car, Permanent Top, Type 138 B).

De son côté, Judkins présente une nouvelle conduite intérieure à 4 places et séparation intérieure en version à deux vitres latérales (Berline 2 Window, Type 140 A) et en version à trois vitres latérales (Berline 3 Window, Type 140 C).

Enfin, la gamme intègre une conduite intérieure à 7 places et séparation intérieure de Fleetwood (Limousine, Type 139).

Towson livre ainsi 4.443 carrosseries, soit 8,6% de plus qu’en 1923 :

  • 1.328 conduites intérieures à 7 places dessinées par Brunn dont 846 sans séparation intérieure (Sedan, Type 134) et 482 avec (Limousine, Type 135).
  • 1.247 conduites intérieures à 4 places dessinées par Judkins, dont 889 à 3 vitres latérales (3 Window Sedan, Type 133) et 358 à 2 vitres latérales (2 Window Sedan, Type 132). Une partie de leur production est confiée à Babcock ;
  • 399 conduites intérieures à 7 places dessinées par Brunn dont 271 sans séparation intérieure (Sedan, Type 117) et 128 avec (Limousine, Type 118), Lang produisant l’ensemble des premières et une partie des secondes ;
  • 928 conduites intérieures à 5 places (Sedan, Type 136) ;
  • 351 conduites intérieures à 5 places (Sedan, Type 129) ;
  • 188 roadsters à 3 places (Type 130) ;
  • 2 conduites intérieures à 4 places et trois vitres latérales (3 Window Sedan, Type 127, dessinée par Judkins).

American livre quant à lui 1.854 carrosseries (soit 40% de moins qu’en 1923) :

  • 829 torpédos à 4 places avec coffre (Phaeton with Trunk, Type 123), dont une partie est sous-traitée à Lang ;
  • 601 torpédos à 7 places (Touring, Type 124) ;
  • 424 coupés à 4 places (Type 126).

Du côté des autres carrossiers, Judkins livre 524 carrosseries, soit 17,5% de plus qu’en 1923 :

  • 393 coupés à 2 places (Type 702) ;
  • 111 conduites intérieures à 4 places avec séparation intérieure (Berline, Type 128) ;
  • 20 nouvelles conduites intérieures à 4 places avec séparation intérieure (Berline, Type 140).

Fleetwood livre 106 carrosseries :

  • 77 conduites intérieures à 7 places avec séparation intérieure (Limousine, Type 2340) ;
  • 29 nouvelles conduites intérieures à 7 places avec séparation intérieure (Limousine, Type 139).

Et Brunn livre 47 carrosseries, soit 43% de moins qu’en 1923 :

  • 13 coupés-chauffeur à 6 places entièrement découvrables (Cabriolet, Type 131) ;
  • 12 coupés-chauffeur à 6 places (Town Car, Type 120) ;
  • 8 conduites intérieures à 7 places avec séparation intérieure (Limousine, Type 121) ;
  • 8 coupés-chauffeur à 7 places (Town Car, Type 138),
  • 6 coupés-chauffeur à 5 places entièrement découvrables (Cabriolet, Type 137).

Au final, ce sont donc 6.974 carrosseries qui sont livrées au cours de l’année modèle, soit 10% de moins qu’en 1923. La production de Lincoln atteint ainsi 7.053 unités (-11%) en y ajoutant les 79 châssis nus qui sont fabriqués (-55%).

Les conduites intérieures (4.500 unités, dont 855 avec séparation intérieure, soit 19%) sont toujours les carrosseries les plus appréciées avec une part de 64,5% (+ 9,6 points), celle des torpédos chutant à 20,5% (-8,7 points, à 1.430 unités). Les coupés régressent également à 11,7% (-1,5 points, à 817 unités) alors que les roadsters progressent (2,7%, à 188 unités). Enfin, les voitures de maître deviennent encore plus marginales avec 39 unités (0,6%, en chute de 63%). Au final, la part des voitures fermées progresse à 76,2% (+8,1 points) au détriment des voitures découvertes (23,2%, -7,3 points).

 

  1. L’année modèle 1925.

Insatisfait des progrès du style et de la fabrication des carrosseries que Lincoln a déjà accomplis, Edsel Ford prend les mesures pour faire de Lincoln la première des marques automobiles américaines de qualité. Il définit un programme de fabrication de carrosseries sur mesure (« Custom bodies ») à partir des contrats passés avec Brunn, Fleetwood et Judkins. Cependant, ces carrossiers anciens aux normes élevées considèrent toujours l’art de la construction comme leur qualité première ; ils n’ont pas encore saisi l’importance émergente du style et Edsel Ford recherche quelqu’un qui l’a compris. Il le trouve avec Raymond H. Dietrich, qui à créé le concept de « l’architecture automobile » chez LeBaron en 1920 et qui y connaît le succès en 1925 en tant que responsable du style. Edsel admire le travail de Dietrich et il souhaite que LeBaron s’installe à Detroit pour être plus facilement accessible. Quand ses associés décident de rester à New York, Edsel propose à Dietrich de monter sa propre société de carrosserie et lui passe commande de carrosseries pour Lincoln. Dietrich s’installe à Detroit au printemps de 1925 et dès l’automne, sa nouvelle société Dietrich Inc. dessine et construit des carrosseries fermées plus basses, plus légère et plus stylisées pour le châssis Lincoln Model L. Edsel Ford passe également un contrat avec Holbrook. Les carrossiers du programme se tiennent maintenant prêts à satisfaire les besoins particuliers de la clientèle de Lincoln et ses intérêts aussi bien pour des carrosseries personnalisées que sur catalogue. Edsel Ford lance en effet l’idée d’un catalogue de carrosseries dans lequel les clients choisissent parmi une large gamme de carrosseries semi personnalisées construites en lot de dix, de vingt-cinq ou plus, avant d’indiquer les équipements et les finitions spécifiques à leurs propres voitures. Cette méthode accélère la fabrication des carrosseries et répartit les coûts de conception entre tous les acheteurs au lieu de les faire supporter par un seul. C’est également en 1925 que Lincoln ouvre son propre atelier de carrosserie, la nouvelle popularité de la marque nécessitant d’augmenter les capacités de production.

Les modèles de l’année modèle 1925 sont identifiables par l’absence de phare de recherche et par leurs pare-chocs désormais montés en série.

La gamme est ainsi remaniée avec la disparition de 4 carrosseries de série [la conduite intérieure à 7 places (Sedan, Type 117), la conduite intérieure à 7 places et séparation intérieure (Limousine, Type 118), la conduite intérieure à 4 places à 3 fenêtres (Sedan, Type 127) et la conduite intérieure à 5 places (Sedan, Type 129)], et 3 carrosseries fabriquées par Brunn [le coupé-chauffeur à 6 places (Town Car, Type120), la conduite intérieure à 7 places et séparation intérieure (Limousine, Type 121) et le coupé-chauffeur découvrable à 6 places (Cabriolet, Type 131)].

Inversement, 12 nouvelles carrosseries apparaissent : 2 dessinées par Brunn [un coupé à 4 places (Type 143) et un coupé-chauffeur à 7 places (Brougham, Type 145)], 2 dessinées par Holbrook [un coupé-chauffeur en version entièrement découvrable (Type 142 A) et en version à moitié découvrable (Type 142 B)], 3 dessinées par LeBaron [un roadster à 2 places (Coupe Roadster, Type 141) et une conduite intérieure à 4 places en version à 2 vitres latérales (sedan, Type 144 A) et en version à 3 vitres latérales (Sedan, Type 144 B)] et 5 dessinées par Dietrich [une conduite intérieure déclinée en version à 5 places (Sedan, Type 146), en version à 7 places (Sedan, Type 147 A) et en version à 7 places avec séparation intérieure (Berline, Type 147 B), et un coupé-chauffeur décliné en version à 6 places (Brougham, Type 148) et en version entièrement découvrable à 5 places (Cabriolet, Type 149)]. Quatre de ces carrosseries sont produites en série (Type 141, Type 142, Type 144 A et B) et huit font partie du programme de carrosserie sur mesure.

Pour ses débuts, l’atelier de carrosserie de l’usine Lincoln ne fabrique qu’une seule carrosserie ; la conduite intérieure à 5 places dessinée par Raymond Dietrich (Sedan, Type 146). Elle est fabriquée en 1.095 exemplaires. Les autres carrosseries de série sont fabriquées par Towson et par American.

En cours d’année, Towson Body Co. fusionne avec les carrossiers J.F. Murray Mfg, C.R. Wilson Body Co. et J.C. Widman & Co. pour former la Murray Body Corporation, qui est présidée par un associé de C.R. Wilson, Allan Sheldon. Le carrossier fournit malgré tout 4.402 carrosseries (-1% par rapport à 1924) réparties entre :

  • 1.272 conduites intérieures à 7 places dessinées par Brunn dont 829 sans séparation intérieure (Sedan, Type 134) et 443 avec (Limousine, Type 135).
  • 694 conduites intérieures à 4 places dessinées par Judkins, dont 548 à 3 vitres latérales (3 Window Sedan, Type 133) et 146 à 2 vitres latérales (2 Window Sedan, Type 132). Une partie de leur production est confiée à Babcock ;
  • 612 conduites intérieures à 7 places dessinées par Dietrich dont 398 sans séparation intérieure (Sedan, Type 147 A) et 214 avec (Berline, Type 147 B).
  • 592 conduites intérieures à 4 places et coffre dessinées par LeBaron dont 433 à 3 vitres latérales (3 Window Sedan, Type 144 B) et 159 à 2 vitres latérales (2 Window Sedan, Type 144 A) ;
  • 541 conduites intérieures à 5 places (Sedan, Type 136, dessiné par Brunn) ;
  • 470 coupés à 4 places (Type 143, dessiné par Brunn) ;
  • 126 roadsters à 2 places (Type 130, dessiné par Brunn) ;
  • 95 roadsters à 2 places (Coupe Roadster, Type 141, dessiné par LeBaron).

American livre quant à lui 1.770 carrosseries (-4,5% par rapport à 1924) réparties entre :

  • 821 torpédos à 4 places dessinées par Brunn dont 689 standards (Phaeton, Type 123 A, dont une partie est sous-traitée à Lang), 106 modèles Sport (Sport Phaeton, Type 123 D), 25 à double habitacle et double pare-brise (Dual Cowl Sport Phaeton, Type 123 B) et 1 à double pare-brise (Dual Windshield Sport Phaeton, Type 123 C) ;
  • 745 torpédos à 7 places dessinées par Brunn, dont 418 modèles standards (Touring, Type 124 A), 324 torpédos à double pare-brise (Dual Windshield Sport Touring, Type 124 B) et 3 modèles Sport (Sport Touring, Type 124 C) ;
  • 204 coupés à 4 places (Type 126).

Au sein du programme de carrosseries sur mesure, c’est Judkins qui assure la plus grande production avec 400 carrosseries livrées, réparties entre :

  • 345 coupés à 2 places (Type 702) ;
  • 31 conduites intérieures à 4 places et séparation intérieure (Berline, Type 128) ;
  • 24 conduites intérieures à 5 places et séparation intérieure (Berline, Type 140).

Fleetwood fabrique pour sa part 297 conduites intérieures à 7 places et séparation intérieure (Limousine, Type 139), auxquelles s’ajoute 1 coupé (Sport Coupe, Type 2686) construit en dehors du programme.

Les trois autres carrossiers se consacrent à la fabrication de voitures de maîtres. Brunn est le plus prolifique avec 91 carrosseries :

  • 58 coupé-chauffeur à 5 places (Cabriolet, Type 137) ;
  • 18 coupés chauffeur à 7 places et toit fixe (Town Car, Type 138) ;
  • 15 coupé-chauffeur à 7 places (Brougham, Type 145).

Pour sa part, et dans ses ateliers localisés dans les installations de Murray, Dietrich assemble 16 carrosseries :

  • 12 coupé-chauffeur à 5 places entièrement découvrable (Cabriolet, Type 149) ;
  • 3 coupé-chauffeur à 6 places (Brougham, Type 148) ;
  • 1 corbillard (Burial Coach, Type 150).

Et Holbrook fabrique 11 carrosseries de son coupé-chauffeur à 5 places.

Enfin, en dehors du programme, LeBaron produit 11 conduites intérieures à 7 places (Sedan, Type 1056).

Au final, ce sont donc 8.094 carrosseries qui sont livrées au cours de l’année modèle, soit 16% de plus qu’en 1924. Le programme de carrosseries sur mesure représente 10,2% de ce total, avec 827 carrosseries. La production de Lincoln atteint ainsi 8.214 unités (+16,5%) en y ajoutant les 121 châssis nus qui sont fabriqués (+53%).

Les conduites intérieures (5.169 unités, dont 985 avec séparation intérieure, soit 19,1%) restent les carrosseries les plus appréciées avec une part de 63,9% (- 0,7 point), celle des torpédos continuant de chuter à 19,3% (-1,2 points, à 1.566 unités). Les coupés quant à eux progressent à 12,6% (+0,9 point, à 1.020 unités) alors que les roadsters stagnent (2,7%, à 221 unités). Enfin, la part des voitures de maître triple avec 117 unités (1,4%). Au final, la part des voitures fermées progresse à 76,5% (+0,2 point) au détriment des voitures découvertes (22,1%, -1,1 point).

 

  1. L’année modèle 1926.

Aucune modification n’est apportée sur les modèles de 1926, mais l’usine propose sur demande une version allongée à 3,81 m du châssis (sous la référence Type 150). Les carrossiers LeBaron, Locke et Willoughby rejoignent le programme de carrosseries sur mesure.

La gamme est de nouveau remaniée avec la suppression de 8 carrosseries : coupé Type 126, conduite intérieure à 4 places dessinée par Judkins dans ses versions avec séparation intérieure (berline, Type 128) et sans à 2 vitres latérales (sedan, Type 132) ou à 3 vitres latérales (Sedan, Type 133), conduite intérieure à 7 places dessinée par Brunn dans ses versions sans séparation intérieure (Sedan, type 134) et avec (Limousine, Type 135), et coupé-chauffeur 7 places dessiné par Brunn dans ses versions à toit démontable (Town Car, Canopy, Type 138A) ou fixe (Town Car, Permanent Top, Type 138 B). Les six premières carrosseries faisaient partie de la gamme de série et seules les deux dernières faisaient partie du programme de carrosserie sur mesure.

Simultanément, six nouvelles carrosseries apparaissent, dont cinq dans le programme de carrosseries sur mesure. La seule nouveauté fabriquée en série st la conduite intérieure à 5 places dessinée par Dietrich pour être fabriquée  directement par Lincoln (Sedan, Type 152). Les autres nouveautés sont présentées chacune par un carrossier différent : Locke et Dietrich présentent chacun un roadster à 2 places avec siège spider (Roadster, Type 151 pour Locke et Coupe Roadster, Type 154 pour Dietrich), Holbrook et LeBaron un coupé-chauffeur découvrable à 5 places (Cabriolet, Type 153 pour Holbrook et Sport Cabriolet, Type 155 pour LeBaron) et Willoughby une conduite intérieure à 6 places avec séparation intérieur et toit landaulet (Landaulet Berline, Type 157).

Type 151 rumble seat roadster locke 1926 1929

Type 151 Rumble Seat Roadster, Locke

L’usine réalise donc 1.211 voitures carrossées (11% de plus qu’en 1925) :

  • 653 conduites intérieures à 5 places (Sedan) du nouveau Type 152 ;
  • 558 conduites intérieures à 5 places (Sedan) du Type 146 existant.

Murray livre 5.193 carrosseries (+18%) :

  • 2.270 conduites intérieures à 7 places dessinées par Dietrich, dont 1.590 sans séparation intérieure (Sedan, Type 147 A) et 1.180 avec (Berline, Type 147 B) ;
  • 1.863 conduites intérieures à 4 places avec coffre dessinées par leBaron, dont 1.350 à 3 vitres latérales (3 Window Sedan, Type 144 B) et 513 à 2 vitres latérales (2 Window Sedan, Type 144 A) ;
  • 308 coupés à 4 places (Coupe, Type 143, dessiné par Brunn) :
  • 150 roadsters à 2 places (Coupe Roadster, Type 141, dessiné par LeBaron) ;
  • 99 roadsters à 3 places (Roadster, Type 130, dessiné par Brunn) ;
  • 3 conduites intérieures à 5 places (Sedan, Type 136, dessiné par Brunn).

Et American ne livre que 900 carrosseries (en réduction de 49% par rapport à 1925) :

  • 471 torpédos à 4 places dessinées par Brunn dont 283 à double habitacle et double pare-brise (Dual Cowl Sport Phaeton, Type 123 B), 147 modèles standards (Phaeton, Type 123 A, dont une partie est sous-traitée à Lang) et 41 à double pare-brise (Dual Windshield Sport Phaeton, Type 123 C).
  • 429 torpédos à 7 places dessinées par Brunn, dont 324 torpédos à double pare-brise (Dual Windshield Sport Touring, Type 124 B), 93 modèles standards (Touring, Type 124 A) et 12 modèles Sport (Sport Touring, Type 124 C).

Les huit carrossiers du programme de carrosseries sur mesure ne se cantonnent plus aux voitures de maître et ils proposent 14 modèles déclinés en plusieurs versions.

Judkins reste le plus prolifique avec 644 carrosseries livrées (+61% par rapport à 1925) :

  • 371 coupés à 2 places (Coupe, Type 702) ;
  • 273 conduites intérieures à 5 places, à 2 ou 3 vitres latérales, avec ou sans séparation intérieure, et avec ou sans toit découvrable à l’arrière (Berline 2 Window, Type 140 A, Semi-Collapsible Berline 2 Window, Type 140 B ou Berline 3 Window, Type 140 C et 2 Window Sedan, Type 140 D ou 3 Window Sedan, Type 140 E).

Dietrich prend son essor avec 275 carrosseries livrées (17 fois plus qu’en 1925) :

  • 263 roadsters à 2 places et siège spider (Coupe Roadster, Type 154) ;
  • 8 corbillards (Burial Coach, Type 150) ;
  • 2 coupés-chauffeur à 6 places (Brougham, Type 148) ;
  • 2 coupés-chauffeur à 5 places découvrables (Cabriolet, Type 149).

Nouveau carrossier intégré au programme, Locke livre 101 carrosseries de roadsters à 2 places et siège spider (Roadster, Type 151).

Brunn livre 97 carrosseries (+7%) :

  • 52 coupés-chauffeur à 5 places (Cabriolet, Type 137) ;
  • 42 coupés-chauffeur à 7 places à toit fixe au-dessus du conducteur (Brougham, Type 145 A) ;
  • 3 coupés-chauffeur à 7 places (Limousine, Type 145 B).

En dernière tranche de son contrat, Fleetwood livre 60 carrosseries de conduites intérieures à 7 places et séparation intérieure (Limousine, Type 139).

Holbrook livre 23 carrosseries, soit deux fois plus qu’en 1925 :

  • 13 coupés-chauffeur à 5 places découvrables du Type 142 existant ;
  • 10 coupés-chauffeur à 5 places découvrables du nouveau Type 153.

Le deuxième nouvel arrivant dans le programme, Willoughby, livre 10 carrosseries de landaulet à 6 places et séparation intérieure (Landaulet Berline, Type 157).

Enfin, LeBaron ne livre quant à lui que 7 carrosseries de coupé-chauffeur à 5 places découvrable (Sport Collapsible Cabriolet, Type 155).

Au final, ce sont donc 8.521 carrosseries qui sont livrées au cours de l’année modèle, soit 5,3% de plus qu’en 1925. Le programme de carrosseries sur mesure représente 14,3% de ce total, avec 1.217 carrosseries. La production de Lincoln atteint ainsi 8.675 unités (+5,6%) en y ajoutant les 191 châssis nus qui sont fabriqués (+58%), dont 37 sur un empattement allongé à 3,81 m (soit 19%).

Les conduites intérieures (6.190 unités, dont 1.250 avec séparation intérieure, soit 20,2%) restent les carrosseries les plus appréciées avec une part qui bondit à 72,6% (+8,8 point), celle des torpédos s’effondrant à 10,6% (-8,8 points, à 900 unités). Les coupés régressent à 8,0% (-4,6 point, à 679 unités) au profit des roadsters dont la part augmente fortement (7,2%, à 613 unités). Enfin, la part des voitures de maître est stable à 1,5% avec  131 unités (+0,1 point). Au final, la part des voitures fermées progresse à 80,6% (+4,1 points) au détriment des voitures découvertes (17,8%, -4,3 points).

 

  1. L’année modèle 1927.

Le premier changement significatif apporté au robuste châssis du Model L intervient en 1927 avec le montage en série des freins sur les roues avant ; auparavant, ils n’étaient disponibles que sur les voitures destinées aux forces de police. Le châssis reçoit également des roues plus petites et les phares avant en forme de tambour sont remplacés par des modèles au dessin plus conique. D’autres améliorations cosmétiques et de détails sont apportées, dont l’adoption d’une mascotte de radiateur : un lévrier fabriqué par la célèbre société d’orfèvrerie et de fonderie Gorham, de Providence (Rhode Island).

L’année est également marquée par une redéfinition du style intérieure des carrosseries. En mars 1927, la planche de bord est redessinée avec le regroupement de tous les cadrans au centre sur une surface ovale, mais en fait c’est toute la décoration intérieure qui est repensée. Jusque-là, si les intérieurs des voitures construites sur mesure étaient remarquablement réalisés, ils étaient rarement reliés à l’apparence extérieure de la voiture et les habitacles des conduites intérieures étaient généralement habillés de couleurs neutres comme le gris ou le taupe. Mais les relations étroites entre Lincoln et ses carrossiers donnent naissance à l’idée d’harmoniser l’allure intérieure au style extérieur. La première étape vers cet objectif est présentée à la fin de 1926 avec une série spéciale de carrosseries sur mesure présentées dans les salons automobiles et dans deux catalogues spécifiques. Le premier catalogue présente les voitures sur des planches aux couleurs audacieuses inspirées d’oiseaux rares et exotiques. Le deuxième catalogue identifie chaque carrosserie à une période de l’histoire : des motifs égyptiens, gothiques, Renaissance et Empire sont ainsi adaptés en divers motifs. Pour leur donner une sorte de légitimité, Lincoln les accompagne de discours lénifiants sur la mode à travers les âges. La gamme est ainsi réorganisée avec la suppression de 11 carrosseries proposées en 16 variantes et l’arrivée de 8 nouvelles carrosseries déclinées en 19 variantes.

Les carrosseries non reconduites sont 5 carrosseries de série [3 dessinées par Brunn (roadster Type 130, conduite intérieure Type 136 et coupé-chauffeur Type 137), et 2 par LeBaron (le roadster Type 141 et le coupé Type 156)] et 6 carrosseries sur mesure : la conduite intérieure à séparation intérieure (Limousine, Type 139) de Fleetwood, la conduite intérieure à 5 places de Judkins (Type 140, dans ses 5 variantes, à 2 ou à 3 vitres latérales et avec ou sans séparation intérieure), les coupés-chauffeur de Holbrook (Type 142, dans ses deux variantes, découvrable entièrement ou à moitié) et de Dietrich (Type 148, à 6 places, et Type 149, à 5 places) et le corbillard de Dietrich (Type 150 A).

Les nouvelles carrosseries sont presque toutes fabriquées dans le programme de carrosseries sur mesure. Judkins présente ainsi deux nouvelles conduites intérieures à 5 places (Type 158 et Type 161) déclinée en 5 versions : avec séparation intérieure à 2 vitres latérales (Berline 2 Window, Type 158 A et Type 161 A), à 2 vitres latérales à moitié découvrable (Semi-Collapsible Berline 2 Window, Type 158 B et Type 161 B), à 3 vitres latérales (Berline 3 Window, Type 158 C et Type 161 C), ou sans séparation intérieure à 2 vitres latérales (2 Window Sedan, Type 158 D et Type 161 D) et à 3 vitres latérales (3 Window Sedan, Type 158 E et Type 161 E). Willoughby présente lui aussi une nouvelle conduite intérieure à séparation intérieure (Limousine, Type 160). Brunn et LeBaron proposent chacun un coupé-chauffeur à 5 places : Brunn n’en propose qu’une seule version, découvrable (Cabriolet, Type 159), tandis que LeBaron propose le sien en trois variantes : une version découvrable (Cabriolet, Type 162 A), une version avec les seules places arrière découvrables (Landaulet, Type 162 B) et une version à toit fermé (Brougham, Type 162 C). de son côté, Locke présente une torpédo à carrosserie entièrement en aluminium en 3 variantes: deux versions à 4 places (Sport Phaeton, Type 163 A) dont une avec double pare-brise (Dual Cowl Sport Phaeton, Type 163 B), et une version à 7 places (Sport Touring, Type 164). Enfin, l’usine présente pour sa part une nouvelle carrosserie de série ; un coupé à 4 places dessiné par leBaron (Type 156).

En termes de production, l’usine assemble ainsi 1.213 carrosseries, soit 2 de plus qu’en 1926 :

  • 917 conduites intérieures à 5 places (Sedan) du Type 152 ;
  • 293 coupés 4 places (Type 156) ;
  • 3 conduites intérieures à 5 places (Sedan) du Type 146.

Murray affiche une production en fort recul avec 3.570 carrosseries seulement (soit 31% de moins) :

  • 2.198 conduites intérieures à 7 places dessinées par Dietrich, dont 1.193 sans séparation intérieure (Sedan, Type 147 A) et 1.005 avec (Berline, Type 147 B) ;
  • 1.326 conduites intérieures à 4 places avec coffre dessinées par leBaron, dont 926 à 3 vitres latérales (3 Window Sedan, Type 144 B) et 400 à 2 vitres latérales (2 Window Sedan, Type 144 A) ;
  • 46 coupés à 4 places (Type 143, dessiné par Brunn).

Et American ne livre plus que 17 carrosseries (-98%) de torpédos réparties entre :

  • 9 torpédos à 4 places dessinées par Brunn dont 8 à double habitacle et double pare-brise (Dual Cowl Sport Phaeton, Type 123 B) et 1 à double pare-brise (Dual Windshield Sport Phaeton, Type 123 C) ;
  • 8 torpédos à 7 places dessinées par Brunn, dont 6 modèles Sport (Dual Windshield Sport Touring, Type 124 B et Sport Touring, Type 124 C) et 2 modèles standards (Touring, Type 124 A).

Fleetwood ne recevant plus de commandes, le programme des carrosseries sur mesure ne comprend plus que sept carrossiers. Judkins reste le plus prolixe avec 657 carrosseries livrées (+2% par rapport à 1926) :

  • 352 conduites intérieures à 5 places du Type 161 ;
  • 205 coupés (Type 702) ;
  • 100 conduites intérieures à 5 places du Type 158.

Locke fait presque aussi bien en livrant 608 carrosseries (6 fois plus qu’en 1926) :

  • 257 torpédos à 4 places dont 167 modèles Sport (Sport Phaeton, Type 163 A) et 90 à double pare-brise (Dual Cowl Sport Phaeton, Type 163 B) ;
  • 178 roadsters à 2 places avec siège spider (Type 151) ;
  • 173 torpédos à 7 places (Sport Touring, Type 164).

Dietrich ne fabrique qu’un seul type de carrosserie, un roadster à 2 places avec siège spider (Type 154) qu’il réalise en 580 exemplaires (deux fois plus qu’en 1926).

Willoughby reçoit une commande de 176 conduites intérieures réparties entre :

  • 164 conduites intérieures à 7 places et séparation intérieure (Limousine, Type 160) ;
  • 12 conduites intérieures à 6 places à séparation intérieure et places arrière découvrables (Berline Landaulet, Type 157).

Les trois autres carrossiers ne fabriquent que des coupés-chauffeur en différentes versions. Brunn assemble 117 carrosseries (+21%) réparties entre :

  • 63 coupés-chauffeur à 7 places (Brougham, Type 145) ;
  • 54 coupés-chauffeur à 5 places découvrables (Cabriolet, Type 159).

LeBaron construit pour sa part 27 carrosseries (4 fois plus qu’en 1926) réparties entre :

  • 20 coupés-chauffeur à 5 places à 2 ou à 3 vitres latérales et découvrable ou pas (Cabriolet, Type 162 A, Landaulet, Type 162 B, et Brougham, Type 162 C) ;
  • 7 coupés-chauffeur à 5 places entièrement découvrables (Cabriolet, Type 155).

Enfin, Holbrook n’assemble que 7 exemplaires de son coupé-chauffeur à 5 places entièrement découvrable (Cabriolet, Type 153).

L’année 1927 marque ainsi la vision élitiste qu’Edsel Ford souhaite donner à la marque. La production se tasse mais la part des carrossiers se renforce et celle des voitures avec chauffeur s’intensifie. S’il n’y a donc que 6.972 carrosseries qui sont livrées au cours de l’année modèle, soit 18,2% de moins qu’en 1926, le programme de carrosseries sur mesure représente désormais 31,2% de ce total, avec 2.172 carrosseries, soit deux fois plus qu’en 1926. La production de Lincoln atteint ainsi 7.077 unités (-18,4%) en y ajoutant les 105 châssis nus qui sont fabriqués (-45%), dont 22 sur l’empattement allongé à 3,81 m (soit 21%).

Les conduites intérieures (5.072 unités, dont 1.181 avec séparation intérieure, soit 23,3%) restent les carrosseries les plus appréciées avec une part qui se stabilise à 72,7% (+0,1 point), celle des torpédos s’effondrant à 6,4% (-4,2 points, à 447 unités). Les coupés représentent 7,8% (-0,2 point, à 544 unités) tandis que les roadsters dépassent maintenant les 10%, à 758 unités. Enfin, la part des voitures de maître monte à 2,2% avec  151 unités (+0,6 point). Au final, la répartition entre les voitures fermées et les voitures découvertes reste stable (80,6% pour les premières contre 17,3% pour les secondes).

 

  1. L’année modèle 1928.

En juin 1927, Lincoln présente une version réalésée de son V8 avec un alésage de 88,9 mm (3 pouces ½) qui porte la cylindrée à 6.304 cm3 (384,7 c.i.), soit l’équivalent du moteur à 8 cylindres en ligne de Packard.  Des contrepoids sont ajoutés au vilebrequin pour réduire les vibrations que cette augmentation de cylindrée entraîne. Toutefois, la puissance de ce solide moteur reste fixée à 90 ch. En avril 1928, la colonne de direction reçoit un combiné antivol sur la clé de démarrage. En mai, la jauge à carburant est commandée par une conduite hydraulique. En octobre, le moteur est équipé d’un filtre à huile fourni par la société Purolator (installée à Fayetteville, en Caroline du Nord) qui est installé sur le côté passager de la cloison pare-feu ; les propriétaires des modèles antérieurs peuvent demander d’en équiper leur voiture.

Cinq carrosseries déclinées en 12 variantes sont supprimées du catalogue : les deux torpédos dessinés par Brunn et fabriqués par American (Type 123 et Type 124), le coupé 4 places dessiné par brunn et fabriqué par Murray (Type 143) et la conduite intérieure à 5 places dessinée par dietrich et fabriqués par Lincoln (Sedan , type 146) en ce qui concerne les modèles de série, et la conduite intérieure à 5 places Judkins (Type 158).

Parallèlement, neuf nouvelles carrosseries, déclinées en 16 variantes, sont présentées ; cinq fabriquées en série et 6 fabriquées dans le cadre du programme sur mesure. L’usine assure en effet la fabrication d’un roadster à 2 places avec siège spider (Rumble Seat Club Roadster, Type 165), d’une conduite intérieure à 7 places avec ou sans séparation intérieure (Limousine ou Sedan, Type 168) et d’une conduite intérieure à 5 places à 2 ou 3 vitres latérales dessinée par Willoughby (Town Sedan, Type 169). En ce qui concerne le programme de carrosseries sur mesure, Dietrich présente deux modèles découvrables : un « coupé décapotable » (Convertible Coupe, Type 171) et une torpédo désignée comme « conduite intérieure décapotable » (Convertible Sedan, Type 167) tandis que Judkins présente un authentique coupé à 2 places (Type 170) équipé d’un pare-brise en une seule pièce (désigné comme pare-brise « Brewster ») et une authentique conduite intérieure déclinée en 5 versions en fonction du nombre de vitres latérales (2 ou 3) et de la présence ou non d’une séparation intérieure (Berline ou Sedan). Enfin, Brun et Holbrook présentent de nouveau chacun un coupé-chauffeur à 7 places ; découvrable (All Weather Brougham) ou non (Brougham) pour Brunn (Type 166) et découvrable pour Holbrook (All Weather Brougham, Type 550).

La production des voitures carrossées recule de 10,8% par rapport à 1927, les modèles de série connaissant un repli plus fort (-13,2%) que les modèles sur mesure (-5,7%). Toutefois, l’usine réalise une progression de 35,4% en assemblant 1.642 carrosseries réparties entre :

  • 835 conduites intérieures à 5 places dessinées par Dietrich (Sedan, Type 152) ;
  • 347 roadsters 2 places à siège spider (Type 165) ;
  • 230 coupés 4 places (Type 156, dessiné par LeBaron) ;
  • 228 conduites intérieures à 5 places dessinées par Willoughby dont 140 à 3 vitres latérales (Town Sedan, Type 169 B) et 88 à 2 vitres latérales (Town Sedan, Type 169 A) ;
  • 2 conduites intérieures à 7 places dont une sans séparation intérieure (Sedan, Type 168 A) et une avec (Limousine, Type 168 B).

Pour sa part, Murray livre 2.524 carrosseries, soit 29% de moins qu’en 1926 :

  • 1.732 conduites intérieures à 7 places dessinées par Dietrich, dont 1.023 sans séparation intérieure (Sedan, Type 147 A) et 709 avec (Berline, Type 147 B) ;
  • 792 conduites intérieures à 4 places avec coffre dessinées par leBaron, dont 529 à 3 vitres latérales (3 Window Sedan, Type 144 B) et 263 à 2 vitres latérales (2 Window Sedan, Type 144 A).

Parmi les sept carrossiers faisant partie du programme de fabrication de carrosseries sur mesure, c’est désormais Locke qui est le plus prolifique (764 unités) grâce à sa torpédo à carrosserie en aluminium dont les 699 exemplaires se répartissent entre :

  • 376 torpédos à 4 places dont 226 modèles Sport (Sport Phaeton, Type 163 A) et 150 à double pare-brise (Dual Cowl Sport Phaeton, Type 163 B) ;
  • 323 torpédos à 7 places (Sport Touring, Type 164) ;

auxquels s’ajoutent 65 exemplaires du roadster à 2 places et siège spider (Type 151) ;

De son côté, Willoughby produit 489 conduites intérieures (soit une progression de 177%) :

  • 483 conduites intérieures à 7 places et séparation intérieure (Limousine, Type 160) ;
  • 6 conduites intérieures à 6 places avec séparation intérieure et sièges arrière découvrables (Berline Landaulet, Type 157).

Judkins n’est plus que le 3° carrossier avec une production de 473 carrosseries seulement (en repli de 28%) :

  • 348 conduites intérieures à 5 places à 2 ou 3 vitres latérales avec ou sans séparation intérieure (2 Window ou 3 Window, Berline ou Sedan) du Type 161 ;
  • 110 coupés à 2 places du Type 702 ;
  • 14 coupés à 2 places du Type 170 ;
  • 1 conduite intérieure à 5 places du Type 172.

La production de Brunn est elle-aussi en repli, le carrossier de Buffalo ne livrant que 101 carrosseries (-13,7%) :

  • 86 coupés-chauffeur à 7 places découvrables ou non (All Weather Brougham, Type 166) ;
  • 12 coupés-chauffeur à 5 places (Cabriolet, Type 159) ;
  • 3 coupés-chauffeur à 7 places (Brougham, Type 145).

Dietrich quant à lui ne livre que le 6° de sa production précédente, avec 98 carrosseries seulement (-83,1%) :

  • 54 roadsters à 2 places avec siège spider (Coupe Roadster, Type 154) ;
  • 38 torpédos à 5 places (Convertible Sedan, Type 167) ;
  • 6 roadsters à 4 places (Convertible Coupe, Type 17).

A l’opposé, LeBaron livre 3 fois de carrosseries avec 75 unités :

  • 66 coupés-chauffeur à 5 places à 2 ou à 3 vitres latérales et découvrable ou pas (Cabriolet, Type 162 A, Landaulet, Type 162 B, et Brougham, Type 162 C) ;
  • 9 coupés-chauffeur à 5 places entièrement découvrables (Cabriolet, Type 155).

Et Holbrook livre 7 fois plus de carrosseries :

  • 40 coupés-chauffeur à 7 places entièrement découvrables (All Weather Cabriolet, Type 550)
  • 8 coupés-chauffeur à 5 places entièrement découvrables (Cabriolet, Type 153).

Enfin, en dehors du programme et sur le châssis allongé de 3,81 m d’empattement, le carrossier Brownell construit 4 exemplaires de son ambulance.

L’année 1928 confirme la politique suivie par la marque depuis 1927. La production recule mais la part des carrossiers se renforce à nouveau et celle des voitures avec chauffeur continue de croître. S’il n’y a donc que 6.218 carrosseries qui sont livrées au cours de l’année modèle, soit 10,8% de moins qu’en 1927, le programme de carrosseries sur mesure représente désormais 32,9% de ce total (+1,7 point), avec 2.048 carrosseries, soit un repli de 5,7% seulement par rapport à 1927. La production de Lincoln atteint ainsi 6.347 unités (-10,3%) en y ajoutant les 129 châssis nus qui sont fabriqués (+23%), dont 24 sur l’empattement allongé à 3,81 m (soit 21%).

Les conduites intérieures (4.427 unités, dont 1.199 avec séparation intérieure, soit 27%) restent les carrosseries les plus appréciées avec une part légèrement en retrait e à 71,2% (-1,6 point), celle des torpédos remontant à 11,9% (+5,4 points, à 737 unités). Les coupés ne représentent plus que 5,7% (-2,1 points, à 354 unités) tandis que les roadsters retombent à 7,6% (-3,3 points) à 472 unités. Enfin, la part des voitures de maître poursuit sa croissance à 3,6% avec  224 unités (+1,4 point). Au final, et du fait de cette croissance, la répartition entre les voitures fermées et les voitures découvertes évolue à 76,9% pour les premières (-3,7 points) contre 19,4% pour les secondes (+2,2 points).

 

  1. L’année modèle 1929.

Pour 1929, les ailes sont redessinées, les vitres sont en verre de sécurité et le pare-brise est équipé de 2 essuie-glaces. Les enjoliveurs de roues en laiton sont de forme hexagonale avec l’emblème oval de la marque au centre. En mai 1929, une jauge de température est ajoutée au tableau de bord. En mai, les voitures sont équipées d’une horloge électrique à remontage automatique de la marque Seth Thomas.

Comme d’habitude, la gamme est remaniée avec la suppression de 9 carrosseries et l’arrivée de 12 autres.

Trois carrosseries de conduites intérieures de série sont abandonnées ; le Type 144, dessiné par LeBaron, et les Types 147 et 152 dessinés par Dietrich. Au sein du programme de carrosseries sur mesure, 6 autres connaissent le même sort : la conduite intérieure de Judkins (Type 161) dans ses cinq versions (à 2 ou 3 vitres latérales et avec ou sans séparation intérieures), le roadster à 2 places et siège spider de Dietrich (Type 154), les coupés-chauffeur de Brunn (Type 148 et Type 159) et de Holbrook (Type 550), et le fameux coupé à 2 places (Type 702) que Judkins a produit en 1.647 exemplaires entre 1922 et 1928 (qui est en fait remplacé par le Type 170 introduit en 1928).

Du côté des nouveautés, l’usine présente 5 nouvelles carrosseries : une conduite intérieure à 5 places et 2 ou 3 vitres latérales (Sedan, Type 173), une torpédo à 4 places (Sport Phaeton, Type 176) et une autre à 7 places (Sport Touring, Type 177), un coupé à 4 places (Type 179) et une deuxième conduite intérieure à 5 places (Sedan, Type 183). Sept autres carrosseries intègrent le programme de fabrication sur mesure : une conduite intérieure à 5 places (Sport Sedan, Type 178) par LeBaron, une conduite intérieure à 7 places et séparation intérieure (Limousine, Type 174) par Willoughby, une torpédo à 5 places (Convertible Sedan, Type 182) et un roadster (Convertible Coupe, Type 181) par Dietrich et trois coupés-chauffeur, deux fabriqués par Brunn [fermé (Brougham) ou avec les places arrière découvrables (All Weather Landaulet) Type 175 et fermé à 2 ou 3 vitres latérales (All Weather Brougham) Type 180] et un par LeBaron [Type 184, fermé (All Weather Brougham) ou avec les places arrière découvrables (All Weather Landaulet)].

En dehors du programme de fabrication sur mesure, Edsel Ford commande à LeBaron une torpédo reflétant son intérêt pour l’aéronautique : l’ « Aero Phaeton ». Les ailes et les panneaux de carrosserie sont en aluminium poli et l’intérieur est recouvert de cuir pour simuler un cockpit ouvert d’avion. Le tableau de bord avant comprend un altimètre et une boussole, et un gouvernail (non fonctionnel) est monté à l’arrière. La voiture est présentée au salon de Paris d’octobre 1928 puis à celui de New-York en janvier 1929, avant d’effectuer une tournée à travers les Etats-Unis avec des présentations à Washington, à Chicago, à Los Angeles, à San Francisco et à Seattle où elle est finalement vendue.

Après l’arrêt des contrats passés avec American (1927) et Murray (1928), la production des carrosseries est assurée par la seule usine de Lincoln. Celle-ci multiplie ainsi sa production par 3,5 en fabriquant 5.753 carrosseries réparties entre :

  • 2.217 conduites intérieures à 7 places dont 1.380 sans séparation intérieure (Sedan, Type 168 A) et 837 avec (Limousine, Type 168 B) ;
  • 2.171 conduites intérieures à 5 places dont 1.513 à 3 vitres latérales (3 Window Town Sedan, Type 169 B) et 658 à 2 vitres latérales (2 Window Town Sedan, Type 169 A) ;
  • 458 conduites intérieures à 5 places dont 436 à 3 vitres latérales (3 Window Town Sedan, Type 173 B) et 22 à 2 vitres latérales (2 Window Town Sedan, Type 173 A) ;
  • 225 roadsters à 2 places et siège spider (Rumble Seat Club Roadster, Type 165) ;
  • 209 coupés à 4 places (Type 179) ;
  • 174 torpédos à 7 places (Sport Touring, Type 177), dont 17 « Police Flyers » fabriqués spécialement pour la police de Chicago avec des vitres à l’épreuve des balles et des rangements pour des fusils ;
  • 138 coupés à 4 places (Type 156, dessiné par LeBaron) ;
  • 134 torpédos à 4 places dont 92 modèles Sport (Sport Phaeton, Type 176 A) et 42 modèles à double pare-brise (Dual Cowl Sport Phaeton, Type 176 B) ;
  • 27 conduites intérieures à 5 places (Sedan, Type 183).

Au sein du programme de carrosseries sur mesure, Judkins reprend la première place en produisant 630 carrosseries (+33%) :

  • 360 conduites intérieures à 5 places à 2 ou 3 vitres latérales et avec ou sans séparation intérieure (2 ou 3 Window Berline ou Sedan, Type 172) ;
  • 270 coupés à 2 places (Type 170).

Willoughby reste second, mais avec une baisse de 21% de sa production à 388 unités :

  • 228 conduites intérieures à 7 places et séparation intérieure (Limousine, Type 174) ;
  • 155 conduites intérieures à 7 places et séparation intérieure (Limousine, Type 160) ;
  • 5 conduites intérieures à 6 places avec séparation intérieure et sièges arrière découvrables (Berline Landaulet, Type 157).

Locke recule encore plus avec une chute de 66% à 259 unités :

  • 146 torpédos à 4 places dont 88 modèles Sport (Sport Phaeton, Type 163 A) et 58 modèles à double pare-brise (Dual Cowl Sport Phaeton, Type 163 B) ;
  • 106 torpédos à 7 places dont 88 modèles Sport (Sport Touring, Type 164 A) et 18 modèles à double pare-brise (Dual Cowl Sport Touring, Type 164 B) ;
  • 7 roadsters à 2 places et siège spider (Type 151).

Inversement, Brunn livre 50% de carrosseries en plus avec 152 unités :

  • 78 coupés-chauffeur à 7 places découvrables ou non (All Weather Brougham, Type 166) ;
  • 50 coupés-chauffeur à 5 places aux places arrière découvrables ou non (Brougham et All Weather Landaulet, Type 175) ;
  • 24 coupés-chauffeur à 7 places à 2 ou à 3 vitres latérales (2 ou 3 Window All Weather Brougham, Type 180).

Avec une progression de 50%, Dietrich fournit 147 carrosseries :

  • 69 roadsters à 4 places (Convertible Coupe) du Type 171 ;
  • 60 torpédos à 5 places (Convertible Sedan) du Type 167 ;
  • 10 torpédos à 5 places (Convertible Sedan) du Type 182 ;
  • 8 roadsters à 4 places (Convertible Coupe) du Type 181.

LeBaron livre lui aussi 61% de carrosseries en plus à 121 unités :

  • 74 coupés-chauffeur à 5 places à 2 ou à 3 vitres latérales et découvrable ou pas (Cabriolet, Type 162 A, Landaulet, Type 162 B, et Brougham, Type 162 C) ;
  • 42 conduites intérieures à 5 places (Sport Sedan, type 178) ;
  • 3 coupés-chauffeur à 5 places entièrement découvrables (Cabriolet, Type 155) ;
  • 2 coupés-chauffeur à 5 places découvrable entièrement ou uniquemnet sur les places arrière (All Weather Brougham ou Landaulet, Type 184)

Enfin, Holbrook livre les 2 derniers exemplaires de son coupé-chauffeur à 5 places entièrement découvrable (Collapsible Cabriolet, Type 153 A).

Contrairement aux deux années précédentes, l’année 1929 marque le repli des carrossiers sur mesure vis-à-vis de l’usine. La production de carrosseries augmente de 19,8% et atteint 7.452 unités. L’usine en fabrique 77,2% (soit 10,2 points de plus, à 5.753 unités) alors que le programme de carrosseries sur mesure ne représente plus que 22,8% avec 1.699 carrosseries. La production de Lincoln atteint ainsi 7.570 unités (+19,3%) en y ajoutant les 118 châssis nus qui sont fabriqués (-8,5%), dont 43 sur l’empattement allongé à 3,81 m (soit 36%).

Les conduites intérieures (5.663 unités, dont 1.225 avec séparation intérieure, soit 22%) restent les carrosseries les plus appréciées avec une part en augmentation à 76% (+4,8 points), celle des torpédos chutant à 8,5% (-3,4 points, à 630 unités). Les coupés progressent à 8,3% (+2,6 points, à 617 unités) tandis que les roadsters continuent de chuter à 4,1% (-3,4 points) à 472 unités. Enfin, la part des voitures de maître peinent à se maintenir à 3,1% avec  233 unités (-0,5 point). Au final, les voitures fermées (6.280 unités) représentent désormais 84,3% de la production de carrosseries quand les voitures découvertes (939 unités) n’en représentent plus que 12,6% (-6,8 points)

  1. L’année modèle 1930.

Pour 1930, les ailes sont peintes dans la même couleur que la carrosserie. Les enjoliveurs de roue sont de forme circulaire, toujours avec l’emblème de la marque au centre. La direction est rendue plus précise grâce à un système à recirculation à billes Gemmer et la tenue de route est améliorée. Un Modèle L accélère de 16 à 48 km/h en 5,2 secondes, il roule à près de 130 km/h et il consomme 19,6 litres aux cent kilomètres. Le programme de carrosseries sur mesure perd un carrossier, Holbrook, et en accueille un nouveau : Derham.

Comme toujours, la gamme est remaniée. Cette année, 13 carrosseries déclinées en 20 variantes sont supprimées du catalogue. Deux carrosseries de série : le coupé à 4 places dessiné par LeBaron (Type 156) et la conduite intérieure à 5 places à 2 ou 3 vitres latérales (Type 173), et 11 carrosseries sur mesure : la conduite intérieure à 6 places à séparation intérieure et aux places arrière découvrables de Willoughby (Landaulet Berline, Type 157), la conduite intérieure à 7 places et à séparation intérieure du même Willoughby (Limousine, Type 160), les torpédos à 4 places et à 7 places de Locke (Phaeton Type 163 et Touring Type 164) ainsi que la torpédo à 5 places de Dietrich (Convertible Sedan, Type 167), le roadster à 2 places et siège spider de Locke (Rumble Roadster, Type 151) et celui à 4 places de Dietrich (Convertible Coupe, Type 171) et les coupés-chauffeur de Holbrook (Cabriolet, Type 153), de LeBaron (Type 155 et Type 162) et de Brunn (Brougham, Type 166).

Parallèlement,7 nouvelles carrosseries déclinées en 11 variantes, sont proposées dans le programme de carrosseries sur mesure : une conduite intérieure dessinées par Judkins (Type 186, déclinée en version avec séparation intérieure (Berline) ou sans (Sedan) et avec 2 ou 3 vitres latérales), une torpédo à 5 places par Derham (Convertible Phaeton, Type 189), trois roadsters à 2 places (le Type 185 de LeBaron, le Type 188 de Derham et le Type 191 de Locke qui se singularise par sa capote qui se replie entièrement sous un panneau métallique, l’accoudoir qui sépare la banquette en deux et la trappe pour le coffre du sac de golf), un coupé à 2 places par Judkins et un coupé-chauffeur à 4 places par Willoughby (Panel Brougham, Type 187).

L’usine ne produit que 2.291 carrosseries, soit une chute de 60% par rapport à 1929, réparties entre :

  • 787 conduites intérieures à 7 places dont 458 sans séparation intérieure (Sedan, Type 168 A) et 329 avec (Limousine, Type 168 B) ;
  • 541 conduites intérieures à 5 places (Sedan, Type 183) ;
  • 454 conduites intérieures à 5 places dont 285 à 3 vitres latérales (3 Window Town Sedan, Type 169 B) et 169 à 2 vitres latérales (2 Window Town Sedan, Type 169 A) ;
  • 275 coupés à 4 places (Type 179) ;
  • 143 torpédos à 4 places dont 90 à double pare-brise (Dual Cowl Sport Phaeton, Type 176 B) et 53 modèles Sport (Sport Phaeton, Type 176 A) ;
  • 79 torpédos à 7 places (Sport Touring, Type 177) ;
  • 12 roadsters à 2 places et siège spider (Rumble Roadster, Type 165).

Le programme de carrosseries sur mesure est réduit pour sa part de moitié, et c’est de nouveau Willoughby qui devient le premier fournisseur avec 249 carrosseries (-36%) réparties entre :

  • 244 conduites intérieures à 7 places et à séparation intérieure (Limousine, Type 174) ;
  • 5 coupés-chauffeur à 4 places (Panel Brougham, Type 187).

Judkins ne fournit que 237 carrosseries (-62%) :

  • 100 conduites intérieures à 5 places à 2 ou 3 vitres latérales et avec ou sans séparation intérieure (2 ou 3 Window Berline ou Sedan) du Type 186) ;
  • 72 conduites intérieures à 5 places à 2 ou 3 vitres latérales et avec ou sans séparation intérieure (2 ou 3 Window Berline ou Sedan) du Type 172 ;
  • 40 coupés à 2 places (Type 170) ;
  • 25 coupés à 2 places (Type 190).

En revanche, LeBaron livre 29% de carrosseries de plus à 157 unités :

  • 100 roadsters à 2 places (Convertible Roadster, Type 185) ;
  • 49 coupés-chauffeur à 5 places découvrable entièrement ou uniquement sur les places arrière (All Weather Brougham ou Landaulet, Type 184) ;
  • 8 conduites intérieures à 5 places (Sport Sedan, type 178) ;

Inversement, Brunn livre 26% de carrosseries en moins avec 112 unités :

  • 68 coupés-chauffeur à 7 places à 2 ou à 3 vitres latérales (2 ou 3 Window All Weather Brougham, Type 180).
  • 44 coupés-chauffeur à 5 places aux places arrière découvrables ou non (All Weather Landaulet ou Brougham, Type 175).

Dietrich fournit 44% moins de carrosseries, à 82 unités :

  • 42 roadsters à 4 places (Convertible Coupe, Type 181).
  • 40 torpédos à 5 places (Convertible Sedan, Type 182).

Le nouveau venu dans le programme, Derham, ne fournit que 22 carrosseries :

  • 21 torpédos à 5 places (Convertible Phaeton, Type 189) ;
  • 1 roadster à 2 places (Convertible Roadster, Type 188).

Enfin, Locke ne fournit que 15 exemplaires de son roadster à 2 places (Sport Roadster, Type 191).

Au final, l’année 1930 connaît un retour des carrossiers sur mesure vis-à-vis de l’usine. La production de carrosseries chute de 57,7% et n’atteint que 3.165 unités. L’usine en fabrique 72,4% (soit 4,8 points de moins, à 2.291 unités) alors que le programme de carrosseries sur mesure remonte à 27,6% avec 874 carrosseries. La production de Lincoln atteint ainsi 3.212 unités (-57,6%) en y ajoutant les 47 châssis nus qui sont fabriqués (-37,3%), dont aucun sur l’empattement allongé à 3,81 m.

Les conduites intérieures (2.206 unités, dont 573 avec séparation intérieure, soit 26%) restent les carrosseries les plus appréciées avec une part en baisse à 69,7% (-6,3 points), celle des torpédos remontant à 8,9% (+0,5 point, à 283 unités). Les coupés progressent à 10,7% (+2,5 points, à 340 unités) tandis que les roadsters remontent eux aussi à 5,4% (+1,2 point) à 170 unités. Enfin, la part des voitures de maître progresse à 5,2% (+2,1 points) avec  166 unités. Au final, les voitures fermées (2.546 unités) représentent 80,4% (-3,8 points) de la production de carrosseries quand les voitures découvertes (453 unités) en représentent 14,3% (+1,7 point)

 

Au bout de dix années de production, le Modèle L parvient au bout de sa route ; les historiens de l’automobile Anthony T. Heinsbergen et Thomas L. Powels en ont fait cette bonne évaluation : «  Le Modèle L est la voiture que Henry Leland a conçu après une vie entière consacrée à l’automobile. C’est la voiture qu’Edsel Ford a sauvé d’une faillite inévitable et qu’il a mis à la disposition de milliers de personnes, en l’améliorant continuellement pendant dix ans. C’est la voiture qui est devenue la voiture américaine de prestige aux yeux des exigeants acheteurs européens. C’est la voiture dont les carrosseries ont été dessinées par les hommes les plus talentueux à une époque très créative. C’est enfin la Lincoln qui est restée le plus souvent dans les mains de ses premiers propriétaires, parfois sans avoir été utilisée pendant des années, posée sur des cales dans le garage, avec pour seule explication : « Elle fait partie de notre vie – nous ne pouvons pas supporter de nous en séparer. » ».

Au sommet du marché du luxe de 1930, la Duesenberg Model J et la Cord L29 ont établi de nouvelles normes techniques et de style, et une menace plus directe apparaît sous la forme de la Cadillac V16. Tarifée à peine plus cher que la Lincoln, cette voiture a un moteur deux fois plus puissant accouplé à une boîte de vitesse entièrement synchronisée et elle est établie sur un châssis très soigné de 3,76 m d’empattement. Elle met brutalement en exergue l’image conservatrice de Lincoln. Edsel Ford a anticipé ce mouvement, mais la nouvelle Lincoln n’est annoncée que pour l’année 1932.

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×