John Tjaarda

 

John Tjaarda

(1897-1962)

John Tjaarda (à prononcer ‘Charda’) naît aux Pays Bas le 2 février 1897 sous son vrai nom de Joop „Jan“ Tjaarda van Sterkenburg. Comme beaucoup d’immigrants, c’est à son arrivée aux Etats Unis en 1923 qu’il adopte une identité américaine. A défaut d’indiquer une ascendance noble, le suffixe ‘van Sterkenberg’ (parfois orthographié Sterkenburg ou Starkenburg, les américains étant fâchés avec les noms ‘exotiques’) indique sa ville natale de la province d’Utrecht.

Dès son adolescence, il se rend en Angleterre pour étudier l’aérodynamisme avec le Dr. Alexander Klemin[1], puis il rentre aux Pays-Bas où il travaille pour le constructeur d’avions Fokker. Pendant la première guerre mondiale, il sert en tant qu’instructeur pilote dans l’armée de l’air hollandaise. A l’issue du conflit, il trouve un emploi de pilote au sein de la KLM qui vient de se créer. En 1923, il émigre aux Etats-Unis.

Il se rend sur la côte Ouest où il trouve un emploi de dessinateur chez le carrossier Walter M. Murphy à Pasadena. En avril 1926, il part pour la côte Est où il vient d’être recruté par le carrossier new-yorkais Locke qui vient d’inaugurer sa nouvelle usine à Rochester (New York) : il dessine des carrosseries pour des châssis Pierce-Arrow puis pour des châssis Duesenberg. En marge de son travail, John développe au fil des ans ses propres idées sur des dessins de carrosseries aérodynamiques en s’inspirant des travaux de l’ingénieur austro-hongrois Paul Jaray (1889-1974). Il baptise ses études "Sterkenberg Series", en souvenir de sa ville natale.  Beaucoup de ces dessins ont des moteurs placés en position arrière ou centrale. Le premier dessin de ces concepts, baptisé Sterkenberg C-3, est achevé en 1926 ; le "C" signifie carcasse, le terme employé par Tjaarda pour désigner une carrosserie autoporteuse. La voiture de Tjaarda ressemble de façon surprenante à la NSU Type 32, ou Kleinauto, une petite voiture bon marché à moteur arrière dessinée par Ferdinand Porsche.

En 1930, Tjaarda rencontre Harley Earl[2] qui l’embauche à l’Art & Colour Studio de General Motors.  Pour préparer l’Exposition universelle de Chicago, Earl lance un concours au sein du studio et John en profite pour lui présenter ses projets de voiture aérodynamique. Mais Harley Earl n’est pas intéressé par les dessins de Tjaarda, trop radicaux[3].  Faute d’obtenir son soutien, John accepte une offre de Walter O. Briggs en 1932, en tant que responsable du style extérieur de son nouveau studio ; Briggs venant juste de prendre le contrôle du carrossier LeBaron. C’est ainsi qu’il rencontre Edsel Ford, et qu’il développe la Lincoln Zephyr. Il dessine alors une voiture qui, si vous enlevez deux vitres et réduisez son empattement, ressemble à une Volkswagen ; selon certains, au cours d’un voyage à Detroit, Ferdinand Porsche passant chez Briggs aurait copié ce dessin, mais il est avéré que Tjaarda a refusé que Porsche franchisse la porte du studio de style du fait du précédent de la NSU !

Parmi les autres études menées à bien par Tjaarda, ou sous sa direction, figurent ensuite la Stout Scarab en 1935, puis la Lewis Airmobile en 1936, un prototype à moteur refroidi par air, à trois roues et traction avant développé par deux anciens ingénieurs de Franklin, Carl Dohman et Edward Marks, et financé par Paul Lewis, de Denver (Colorado)

En 1939, Norman Devaux lui commande la révision de la face avant de la Cord 810 dont il vient d’acquérir les matrices pour développer la nouvelle Hupmobile Skylark. La même année, Tjaarda installe un toit en plastique transparent sur une Plymouth Convertible Sedan. Cette idée d’un toit transparent attire l’attention des constructeurs et du public : une telle luminosité sans vent ni bruit est très attrayante. Mais les premiers plastiques manquent de rigidité, ils sont alors utilisés comme éléments de décoration, le prototype reste sans suite[4].

Après la guerre, Tjaarda dessine la Cortez, qui est construite entre 1947 et 1950 à Dallas (Texas) par la  North American Motors.

Outre son activité de dessinateur, John Tjaarda fut également un inventeur qui déposa plusieurs brevets, notamment pour un joint homocinétique (pièce indispensable pour construire une traction avant) et pour la carrosserie autoporteuse. Pendant la guerre, il déposa deux autres brevets pour des moteurs sans soupapes en 1942 et en 1943. Ces moteurs étaient destinés à une utilisation dans l'aviation. Leur système de distribution présentait une valve tronconique, vissée sur une partie cylindrique tournant sur deux roulements à bille de forte section.

 

L'héritier

Le fils de John Tjaarda, Tom (né le 23 juillet 1934, de son vrai nom Stevens Thompson Tjaarda van Sterkenberg), s’est installé en Italie en 1958, pour travailler chez Ghia, puis Pinifarina en 1960, avant de revenir chez Ghia en 1968 où il a dessiné la DeTomaso Pantera et la Ford Fiesta (1977). Il s’est installé à son compte en 1984 en créant le studio Dimensione Design.

Il est le fils que John Tjaarda a eu avec son épouse Irene Thompson, dont il divorce en 1939.

 


[1] A. Klemin (1888-1950) émigre aux Etats-Unis en 1912 et il participe à l’étude de la Chrysler Airflow.

[2] Les deux hommes ont pu se rencontrer à Hollywood entre 1923 et 1926, avant qu’Earl ne parte pour Detroit.

[3] Earl est plutôt partisan du MAYA (Most Advanced Yet Acceptable) ; il refuse d’ailleurs au même moment le projet que lui présente Gordon M. Buerhig et qui deviendra la Cord 810.

[4] L’idée est reprise en 1941 par Raymond Loewy pour modifier sa propre Lincoln Continental.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site