Ruxton

La voiture mystère

(extrait d’un journal new-yorkais de 1929).

1929 prototype gator

Prototype Gator

« Hier matin, je me suis rendu en ville dans une nouvelle voiture, une traction avant si basse, que toutes les autres voitures que nous rencontrions semblaient, soudain, archaïques. Car son plancher est à la hauteur des organes de transmission, à moins de 20 cm du sol. Cette carrosserie surbaissée attirait naturellement l’attention des autres conducteurs et des agents qui réglaient le trafic.

- Qu’est-ce que c’est que cette bagnole, nous a demandé celui du carrefour de la rue Lafayette et de la rue du Canal quand nous nous sommes arrêtés au feu rouge.

- Une « Zunkst », répliqua le conducteur.

- Et où la fabrique-t-on ? demanda encore l’agent qui cherchait à examiner le monstre sous toutes ses coutures.

- En Tchécoslovaquie!

- C’est la première fois que j’en vois une, admit l’agent, mais ces tchèques sont des gaillards qui connaissent leur métier. »

Les Tchèques n’étaient pourtant en rien dans la fabrication de cette « Zunkst », marque qui n’a jamais existé. Ce mensonge n’avait d’autre but que de préserver l’anonymat des essais d’une nouvelle voiture, la Ruxton !

Comparaison avec une pontiac 2 Comparaison avec une pontiac

Comparaison avec une Pontiac

 

La voiture d’une ère nouvelle

1929 maquette en bois

Maquette en bois

William Muller est ingénieur des méthodes à la Budd Body Company. En 1926, conforté par le succès de Miller, il réussit à convaincre sa direction de développer le prototype d’une voiture à traction avant[1]. Ce prototype est achevé au printemps de 1928 ; il a coûté 35 000 $, bien plus que le budget de 15 000 $ que Muller avait obtenu initialement. C’est une voiture extraordinaire, à la hauteur plus basse que tout ce qui roule alors. Outre sa traction avant et sa taille, la voiture possède un style absolument unique. Elle n’a plus de marchepieds et sa calandre, son capot, ses pare-chocs et ses phares « Woodlite » sont tellement particuliers que Muller en a déposé les brevets.

Phare woodlite

Cependant, Budd est un carrossier, pas un constructeur de voitures. Muller doit donc trouver un constructeur capable de construire sa voiture qui n’a toujours pas de nom officiel. Elle répond du surnom de « Gator » et l’emblème de calandre est un point d’interrogation !

A la recherche d’un constructeur.

Ruxton ligne d assemblage

Archie Andrews a une fortune énorme. Ancien directeur de Hupmobile, il a débuté à Wall Street à 19 ans et, à l’âge de 40 ans, il jouit d’une retraite précoce, à la tête de 40 millions de dollars. Il partage sa vie entre sa propriété du Connecticut et celle de Californie et il a acheté l’ancien yacht de Henry Ford, le quatrième au monde en tonnage. Convaincu par Muller, il persuade un groupe d’hommes d’affaires et de banquiers à financer le projet en 1928 et il forme une société qui va construire cette voiture d’une ère nouvelle, la New Era Motors. Un des banquiers du groupe s’appelle Ruxton ; Andrews pense que c’est un nom qui sonne bien pour la nouvelle voiture. La Ruxton est née, il ne reste plus qu’à la construire...

L’histoire de l’automobile ne compte, en effet, rien de plus complexe que les tractations et les combinaisons de la New Era Motors. Devant l’investissement à réaliser pour construire sa propre usine, la firme préfère utiliser des installations déjà existantes et contacte différents constructeurs en difficulté pour racheter leurs usines. En 1929, Andrews rachète deux firmes en faillite qui viennent de fusionner : Moon et Kissel. Il conclut ensuite un accord avec Marmon, mais, après le « mardi noir » de Wall Street, tout va de travers. Les industriels contactés par Andrews refusent l’association ou ferment leurs portes. En définitive, seules les usines de Moon et de Kissel sont disponibles pour fabriquer la Ruxton, ou plutôt pour l’assembler.

Mécanique.

Si le moteur du prototype est un Oldsmobile, le moteur de série est un 8 cylindres en ligne fournit par Continental. Avec un alésage de 76,2 mm (3 pouces) et une course de 120,65 mm (4 pouces ¾)), il a une cylindrée de 4 402 cm3 et il développe 100 chevaux. Le vilebrequin est soutenu par cinq paliers. Le carter a une capacité de 7,6 litres. L’arbre à cames est actionné par une chaîne. L’alimentation est confiée à un carburateur Zenith. Le réservoir contient 60,5 litres d’essence. Contrairement à la Cord, le moteur est simplement retourné pour que l’embrayage et la boîte de vitesse se retrouvent à l’avant. Le différentiel est implanté au milieu de la boîte de vitesse à trois rapports. L’ensemble est recouvert d’un carter de forme parallépipèdique dont seuls émergent les demi arbres de transmission. Comme sur la Cord, le levier de vitesse aboutit sous la forme d’une manette au milieu du tableau de bord.

Le châssis est du type échelle avec neuf traverses. L’empattement est de 3,30 m, et la garde au sol est de 25 cm. La suspension est assurée par des ressorts à lames en acier vanadium chromé, avec des lames de 94 cm à l’avant et de 1,40 m à l’arrière, assistés par des amortisseurs Houdaille. Les freins ont des tambours de 381 mm.

Carrosseries.

1930 ruxton sedan dessin

La Ruxton est proposée en deux carrosseries : une sedan à 5 places, et un Sport Roadster, à 2 places plus siège spider à l’arrière. Les carrosseries des décapotables viennent de chez Baker-Raulang, de Cleveland, Ohio, celles des conduites intérieures de chez Budd... avec des matrices de la firme britannique Wolseley! Mais quelques modèles « Touring » (décapotable à 4 portes) ont été assemblés par Kissel.

1930 ruxton touring 1930 ruxton sport roadster

Le dessin de la voiture se caractérise par une longueur extrême du capot (bombé), du fait de la présence du moteur à 8 cylindres en ligne, et par des lignes très étirées, grâce à la traction avant qui permet d’abaisser très fortement la hauteur de la voiture. Les ailes sont fabriquées en une seule pièce de métal chacune, mais aucun marchepied ne vient relier ; les ailes avant comportent les roues de secours. L’emblème de la calandre est désormais un griffon.

Embleme

Le dessin des phares est repris pour les feux de position situés au sommet des ailes.

Le garnissage intérieur est dessiné par Joseph Urban, un architecte d’intérieur new-yorkais alors très en vogue. Ce dernier est également le responsable du traitement de la peinture extérieure des conduites intérieures, avec une sorte d’arc en ciel de couleurs sur les flancs de la voiture.

Carrière commerciale.

Malheureusement pour la Ruxton, si Erret Cord présente sa voiture après elle, il la construit avant. Et les difficultés de la Cord L-29 se répercutent sur l’image de la Ruxton; la Cord est une traction avant et ses problèmes, pour tous ceux qui en achètent une, doivent être les mêmes sur la Ruxton. Leurs prix sont similaires : un cabriolet Ruxton coûte 3 195 $, 100 $ de plus que son équivalent chez Cord.

Cord l29 ruxton

La production de la Ruxton commence en juin 1930, quatre ans après sa présentation et deux ans après la création de la New Era Motors. Mais, à la fin de 1931, la firme est déjà en faillite. On estime la production entre 300 et 500 voitures, la plupart sorties de l’usine Moon.

 


[1] Comme les carrossiers d’aujourd’hui (Pininfarina, Ital design ou Heuliez), la firme Budd réalise des études de façon autonome pour faire connaître son savoir-faire et obtenir des commandes des constructeurs.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site