Pierce Arrow

  1933 pierce arrow twelve

Age d’or et flèches d’argent (1932-1933)

 

George n pierce

Fondée en 1901 par George N. Pierce, un ancien fabricant de cages d’oiseaux reconverti dans les vélos et les motos, la marque Pierce devient rapidement célèbre avec ses luxueux modèles Arrow et Great Arrow, au point de changer son appellation en Pierce Arrow en 1909.

1906 greatarrow

L’usine produit alors une 6 cylindres qui est déclinée en diverses versions qui voient leur cylindrée augmenter régulièrement pour atteindre 13,5 litres sur le modèle ‘66’ de 1912. En 1913, les Pierce Arrow adoptent un détail de style qui devient très vite leur symbole ; les phares d’ailes (« fender headlights »), des phares avants installés dans des emplacements moulés à cet effet au milieu des ailes.

Headlights md 40

Les principaux concurrents de Pierce Arrow s’appellent Packard et Peerless. Leur initiale commune les fait couramment appeler « les trois P » ; ils dominent alors le marché américain de l’automobile de luxe. Pierce Arrow est toutefois considéré comme le constructeur le plus aristocratique de son époque, le seul que l’on peut comparer à Rolls Royce. La marque est le fournisseur attitré de la Maison Blanche, depuis le président William Taft (1909-1913), et la majorité des « Quatre Cents », les familles des descendants des colons débarqués du Mayflower en 1620, disposent d’une voiture de la marque dans leur garage.

President tafts pierce arrow

De façon anecdotique, les Pierce Arrow sont les dernières voitures américaines à conserver une conduite à droite, en raison du prestige associé à cette disposition. Les modèles de la marque passent en conduite à gauche en 1920.

Mais au cours des années 1920, la position de Pierce Arrow est fortement contestée et ses ventes baissent régulièrement face à la concurrence de Packard, Cadillac, Lincoln et d’une multitude de nouvelles firmes équipant leurs modèles de modernes 8 cylindres. Pour renverser la tendance, Pierce Arrow lance la Série 80, un modèle plus abordable affiché à 2 895 $.

1927 piercearrow model80

Elle est la première Pierce Arrow à arborer une mascotte de radiateur : un sagittaire en train de tirer une flèche (arrow en anglais). Elle est réalisée en deux parties : la tête est moulée séparément du corps afin que les détails du visage et des cheveux soient parfaits.

Sagitaire

Cette mascotte orne rapidement les calandres de toutes les Pierce Arrow sauf une, celle du président des Etats-Unis où elle est remplacée par un aigle en argent. Mais 2 895 $ reste une somme importante au milieu des années 1920, et la situation de la marque ne s’améliore pas. En juin 1927, Myron Forbes, le nouveau président de la société, accepte la fusion que lui propose Albert R. Erskine, le président de Studebaker, qui cherche à intégrer une marque de prestige dans son empire industriel naissant. Erskine en devient naturellement le président mais il lui permet de vivre de façon indépendante en nommant Arthur J. Chanter comme directeur général.

L’ingénieur en chef de Pierce Arrow, Karl M. Wise, parvient alors à le convaincre d’abandonner les 6 cylindres et de lancer une 8 cylindres qui assure à la marque ses meilleurs résultats commerciaux avec 8 000 ventes en 1929 et 7 000 en 1930. Encouragé par ce succès, Wise propose alors de lancer deux nouvelles voitures à moteur V12 !

Premières flèches.

Mécaniques.

Les deux moteurs sont en fait deux versions du même bloc dessiné avec un V à 80°,  une course de 101,6 mm (4 pouces), des soupapes latérales, un vilebrequin à sept paliers, un taux de compression de 5,1 :1 et deux carburateurs Stromberg E-2 ; ils ne différent que par leur alésage. Avec un alésage de 82,55 mm (3 pouces ¼), le premier a une cylindrée de 6 522 cm3 et il développe 140 ch., tandis qu’avec un alésage de 85,68 mm, le second atteint 7 030 cm3 et 150 ch. Le moteur de 7 litres équipe le Model 52, le moteur de 6,5 litres le Model 53.

La boîte de vitesse dispose de 3 vitesses et elle est équipée d’une roue libre. Les freins sont mécaniques. Les essieux sont rigides et les suspensions sont confiées à des ressorts semi elliptiques ; la dureté des amortisseurs est réglable par le conducteur.

Carrosseries.

Le Model 52 est proposé en châssis normal de 3,61 m d’empattement et en châssis long de 3,73 m d’empattement. Le Model 53 est proposé en châssis normal et en châssis court de 3,48 m d’empattement.

Le choix des carrosseries est donc très vaste, mais la plupart des clients de la marque préfèrent le confort et la rigueur de grandes conduites intérieures, sedan ou limousines. Le style est admirablement classique, avec une magnifique calandre plate et verticale et de majestueuses lignes rectilignes.

La plupart des carrosseries sont fabriquées par l’usine (même si LeBaron, Dietrich, Derham et Brunn sont autorisés à en réaliser quelques unes) et leurs habitacles sont réalisés avec un soin tout particulier. Les conduites intérieures sont ainsi équipées de plusieurs couches épaisses de feutre et de jute pour isoler les passagers du bruit, de la chaleur et du froid. Non sans raison, Pierce Arrow affirme consacrer plus de temps à la confection de ses habitacles que celui que ses concurrents passent pour assembler l’intégralité de leur voiture.

Performances.

Malheureusement, ces deux V12 ne sont pas au niveau ;  le ‘petit’ moteur n’offre pas de meilleures performances que le moteur 8 cylindres de 6,3 litres et 125 ch. qui partage ses châssis, et le gros moteur manque de puissance face à ses concurrents. Avec un poids total compris entre 2 100 kg et 2 700 kg, les luxueuses Pierce Arrow sont bien loin d’être des flèches !

Carrière commerciale.

1932 model 23 5 passenger touring

Pierce Arrow présente ses nouveaux modèles en novembre 1931. Carrossé par l’usine, le Model 52 est affiché entre 4 295 $ et 4 800 $, soit 800 $ de plus que le Model 53. Les ventes demeurent confidentielles et elles ne dépassent pas les 211 exemplaires (sur un total de 2 692 Pierce Arrow en 1932). Sur les conseils du pilote Ab Jenkins (originaire de Salt Lake City et surnommé pour cela le « météore Mormon »), qu’il a engagé comme essayeur, Karl Wise décide d’abandonner le V12 de 6,5 litres, d’améliorer le 7 litres et de développer une version encore plus grande. A l’été 1932, Pierce Arrow présente ainsi deux nouveaux modèles V12, moins d’un an après la présentation du duo précédent !

Deuxième jet.

Mécanique.

Les principales améliorations qu’apporte Karl Wise à son moteur est l’augmentation du taux de compression à 6,4 :1, l’installation d’un carburateur Stromberg EX3 à double corps et celle de tubulures d’admission redessinées. Le V12 de 7 litres fournit alors 160 ch. Parallèlement, il crée un nouveau bloc en augmentant l’alésage à 88,91 mm (3 pouces ½) pour obtenir une cylindrée de 7 571 cm3  qui fournit 175 ch. à 3 400 tr/mn.

Pour réduire davantage le bruit de fonctionnement, il équipe les deux blocs d’un dispositif de rattrapage de jeu des soupapes hydraulique, une première mondiale mise au point par l’ingénieur Carl Voorhies. Il équipe également le châssis de freins assistés Stewart-Warner.

Performances.

Ab jenkins

Ab Jenkins amène une Pierce Arrow de 7,6 litres sur la piste du lac salé de Bonneville en septembre 1932. Il s’agit d’un roadster spécialement préparé qui vient de subir un essai d’endurance de plus de 53 000 km. A son bord, Jenkins bat  le record de vitesse américain sur 24 heures en parcourant 4 360 km à la vitesse moyenne de près de 182 km/h. A l’issue de la séance, et après avoir remonté les ailes, le pare-brise et les équipements routiers qu’on avait enlevés pour le record, la voiture est ramenée par la route à Buffalo, distant de 3 200 km. Quelques mois plus tard, Jenkins porte son record à plus de 188 km/h, battant au passage 14 records internationaux et 65 autres records américains. Au cours d’un dernier essai, en août 1933, il pulvérise le record sur 24 heures en atteignant 204,66 km/h !

Cette mise en valeur des performances d’une Pierce Arrow n’est pas dans la culture de l’entreprise. C’est Roy Faulkner, l’ancien président d’Auburn que Erskine vient de recruter en tant que directeur des ventes, qui en a l’idée.

Roy faulkner

Il modère quand même son discours face à la presse en indiquant qu’il « ne souhaite pas conduire une voiture qui roule à 200 km/h, ni même à 160 km/h. Mais je veux acheter une voiture qui est construite de façon si rigoureuse et motorisée de façon si parfaite que rouler aux vitesses normales soit un jeu d’enfant pour elle. »

La majorité des acheteurs restent insensibles à ces performances. Tout ce qu’ils demandent à leur majestueuse limousine est de pouvoir rouler en silence entre 100 et 130 km/h. Ce qu’elle fait admirablement bien, pendant des heures et des heures...

Carrosseries.

1933 pierce arrow twelve convertible sedan

Les Pierce Arrow V12 de 1933 sont déclinées en trois modèles désignés 1236, 1242 et 1247 en fonction de leur moteur (12 cylindres) et de la longueur de leur empattement au dessus de 100 pouces (136, 142 et 147 pouces, soit 3,45 m, 3,61 m et 3,73 m). Comme précédemment, le ‘petit’ moteur équipe le châssis court et le châssis normal, tandis que le gros moteur équipe le châssis normal et le châssis long.

Toujours aussi classiques, les carrosseries voient leurs lignes s’affiner en adoptant une calandre en léger coupe-vent, des ailes à bavolet,  des panneaux latéraux subtilement galbés et une pare-brise légèrement incliné.

Mais la Pierce Arrow qui marque les esprits est la superbe Silver Arrow présentée à l’exposition universelle de Chicago de 1933, un prototype à la carrosserie aérodynamique que la marque présente comme « la voiture de 1940 ». Le dessin est dû à Phil Wright, un ancien styliste du carrossier californien Murphy qui s’est mis à son propre compte. Et c’est à nouveau Roy Faulkner, avec l’accord de la direction de Studebaker, qui lui passe la commande au vu des dessins et des maquettes en clay que Wright est venu lui présenter. Ses ailes avant sont intégrées dans les flancs où sont  cachées  les roues de secours et la lunette arrière disparaît, remplacée par deux minuscules lucarnes situées au sommet d’un arrière entièrement fuyant.

1933piercearrow siver arrow

Le contrat prévoit la construction de cinq voitures sur le châssis de 3,45 m d’empattement du Model 1236 mais avec le moteur de 7,6 litres du Model 1247, qui permet d’atteindre 185 km/h. La décision de les fabriquer est prise en octobre 1932 et leur fabrication est confiée à l’usine Studebaker de South Bend qui dispose de plus de facilité pour le faire que l’usine Pierce Arrow de Buffalo. Cependant, les ouvriers qui sont chargés de la fabrication sont sélectionnés parmi ceux très expérimentés de l’usine de Buffalo. La première voiture est présentée à l’exposition de Chicago, en même temps que le coupé aérodynamique Cadillac V16, parce qu’elle est réalisée trop tard pour être présentée au salon de New York de janvier 1933 ! Les quatre autres ne sont achevées qu’au mi février.

Extrêmement bien accueillie par le public, elle réussit à être vendue au prix unitaire de 10 000 $. Mais, en dehors d’une version homonyme à arrière incliné de la berline de base, elle n’inspire finalement aucun autre produit de la marque.

Carrière commerciale.

Malgré la crise, les nouvelles Pierce Arrow V12 sont proposées à un tarif supérieur de 500 $ de celui de l’année précédente. Leur prix démarre à près de 4 800 $ (10 fois le prix de la Chevrolet de base). Et dans un premier temps, les résultats sont prometteurs ; par rapport aux mêmes mois de 1932, leurs ventes augmentent de 200 % en janvier, de 130 % en février et de 55 % en mars, mais la production s’effondre au deuxième trimestre. Le résultat annuel atteint le chiffre record de 378 exemplaires (sur une production totale de 1 776 voitures, soit une chute de 34 %). Parmi celles-ci, une Pierce Arrow 1247 est livrée à la Maison Blanche, à l’attention du nouveau Président qui vient de prendre ses fonctions en janvier 1933, Franklin D. Roosevelt.

1933 roosevelt

Une faillite dramatique.

Au printemps de 1933, Studebaker, qui a protégé Pierce Arrow des effets les plus graves au cœur de la crise économique, est mis en faillite ; Albert Erskine se suicide en juillet. En août 1933, Pierce Arrow est rachetée par un consortium d’hommes d’affaires de Buffalo et de banquiers de l’état de New York qui conservent Arthur Chanter à la présidence de la société. Les dettes sont épongées et la nouvelle société, redevenue indépendante se porte financièrement mieux que son ancien protecteur. Chanter et Faulkner relance une campagne promotionnelle avec des publicités en noir et blanc peu coûteuses et très élégantes. Les ventes d’été et d’automne progressent et tout porte à croire que le déclin des trois dernières années est enfin renversé. Malheureusement, des mouvements de grève chez les fournisseurs de matrices et de machines-outils contrecarrent cette reprise et empêchent la production de 300 à 400 voitures. Mais l’optimisme gagne à nouveau Buffalo et les nouveaux modèles, plus aérodynamiques, sont présentés pour 1934.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site