Peerless

Peerless V16

Peerless 33

Il est couramment admis que Peerless est le troisième constructeur à avoir présenté une voiture à moteur V16. Toutefois, contrairement à Cadillac et à Marmon, Peerless ne dépasse pas le stade du prototype. Malgré un moteur et un dessin magnifiques, le prototype ne convainc pas les dirigeants de la marque. Il est vrai que l’année 1932 n’incite guère à l’optimisme pour lancer une telle voiture. Mais la décision finale des responsables de Peerless est radicale.

 

Les origines de Peerless remontent en 1865, quand Robert et W.L. Simpson fondent une société pour commercialiser les essoreuses en bois (wringer) qu’ils fabriquent à Cincinnati (Ohio). Estimant leur produit « incomparable » (peerless), ils baptisent leur société Peerless Wringer Company. En 1891, ils se lancent dans la fabrication de bicyclettes, et en 1900, ils passent à l’automobile après avoir obtenu la licence de fabrication du moteur De Dion-Bouton français. Leur première voiture est vendue 1 300 $ ; elle se situe sur le marché du luxe (l’Oldsmobile coûte alors 750 $). En 1902, la société devient la Peerless Motor Car Company et lance une voiture à moteur à 2 cylindres dont le prix atteint 2 800 $. La première 4 cylindres apparaît en 1903 : sa version de 60 ch est l’automobile américaine la plus chère du marché à 11 000 $ ! La firme s’installe dans une nouvelle usine à Cleveland (Ohio). La première 6 cylindres sort en juin 1908. Les seuls concurrents de Peerless sont Packard et Pierce Arrow, avec qui elle forme les fameux « 3P » du marché américain du luxe.

En 1914, Peerless reçoit une importante commande du gouvernement pour des camions. La société devient la Peerless Truck and Motor Corporation. En novembre 1915, Peerless réorganise entièrement sa gamme automobile autour d’un seul modèle à moteur V8. En 1919, la production des camions est arrêtée.

En 1921, la société est rachetée par Richard Collins, qui a démissionné de son poste de président de Cadillac pour se lancer dans la construction d’une voiture à 6 cylindres sous son propre nom. Collins remplace tous les responsables de la firme par des cadres et des ingénieurs qui l’ont suivi, et il fait racheter la licence de sa 6 cylindres par Peerless. La nouvelle Peerless qui apparaît en août 1922 est entièrement inspirée par la Cadillac. Mais Collins est remercié par son conseil d’administration en décembre 1923.

En 1926, les dirigeants de Continental Motors entrent dans le capital de Peerless. Une nouvelle 6 cylindres apparaît, équipée d’un moteur Continental. En janvier 1929, un groupe d’investisseurs de Detroit prend le contrôle de la société ; l’ancien directeur général de Marmon, James H. Bohannon, est nommé président. Le V8 Peerless est remplacé par un 8 cylindres en ligne Continental. Les nouveaux responsables veulent développer leur gamme vers le haut. Ils demandent alors aux ingénieurs d’étudier deux nouveaux moteurs : un V12 et un V16. En 1930, la gamme est entièrement articulée autour de la 8 cylindres. Mais la crise est là : la production tombe de moitié, à 4 000 unités, et la production s’arrête en juin 1931.

Le 3 août 1931, le Wall Street Journal annonce la sortie des Peerless V12 et V16 pour l’année modèle 1932.

32 peerless 16 dv 10 gg e01 1

Le moteur V16 développé par Peerless dispose d’une cylindrée de 7 610 cm3 (82,55 mm x 88,90 mm) qui lui fournit une puissance de 173 ch à 3 300 tr/mn. Il est entièrement en alliage léger.

Deux châssis à moteur V12 et un troisième à moteur V16 sont assemblés et habillés de carrosseries de série pour être amenés en Californie chez le carrossier Murphy qui doit les habiller de carrosseries fabriquées dans un nouvel alliage d’aluminium appelé duralumin et fourni par la société ALCOA.

Le dessin de la voiture est du à Franklin Hershey, qui a alors 22 ans. Bien que la voiture construite soit une berline à 4 portes et 5 places, Hershey dessine également un coupé, un roadster et un cabriolet pour que Peerless puisse disposer d’une gamme complète.

32 peerless sixteen proto dv 10 gg c03 1

La V16 est construite sur un empattement de 3,68 m et elle pèse 1847 kg. Grâce à sa légèreté, la Peerless V16 était prévue pour rouler à plus de 100 mph (160,9 km/h).

32 peerless sixteen proto dv 10 gg 6

32 peerless sixteen proto dv 10 gg 4

Las, avant que la voiture puisse être présentée, les responsables de Peerless décident d’abandonner complètement l’industrie automobile. La prohibition étant abolie, il leur apparaît intéressant de se reconvertir dans le secteur de la brasserie !

Peerless achète alors la licence des bières Carlings au Canada et transforme l’usine automobile en une des plus grandes brasseries des Etats-Unis. Un service de pièces détachées est cependant maintenu pour les voitures encore existantes. En octobre 1933, la société est rebaptisée Peerless Corporation et en 1936, elle devient la Brewing Corporation of America. Le 15 juin 1934, l’inauguration de la brasserie amène 20 000 amateurs goûter les bières “Carlings Black Label” et “Carling Red Cap” dans ce qui fut l’usine des automobiles Peerless. En 1938, la société est une nouvelle fois rebaptisée en Carlings Brewing Company.

La voiture quant à elle est renvoyée par Murphy à l’usine Peerless où James Bohannon la conserve et l’expose dans la vitrine de la brasserie, avant de la donner finalement à la collection Crawford à Cleveland en 1946 (collection qui donne naissance au Musée de Cleveland en 1965).

Personne ne sait ce qu’il est arrivé aux deux châssis V12 ; Murphy a pu les vendre pour se faire payer son travail sur la V16.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site