Packard FWD

La traction de Packard

1931 packard twinsix proto 01

Alors que la future 12 cylindres de Packard est à l’étude, Alvan Macauley, le président de la firme, demande à Jesse Gurney Vincent, son ingénieur en chef, de réfléchir à une voiture à traction avant. En effet, trois constructeurs (Ruxton, Cord et Gardner) viennent d’annoncer que leur prochain modèle serait une traction avant et Macauley ne veut pas que Packard reste en retrait de cette révolution.

Malgré les doutes de Vincent quant à ce type de transmission, mais sur les conseils de Tommy Milton, un pilote qui a courru sur Packard et qui a initié le projet de voiture à traction avant « Detroit Special » pour les 500 Miles d’Indianapolis, Macauley recrute Cornelius W. Van Ranst, le concepteur de la Detroit Special qui vient de développer la Cord L29 avec Harry Miller, en 1930.

Van Ranst est chargé de concevoir une voiture à traction avant motorisée par une version plus petite du V12 en cours d’étude (avec un alésage réduit). Son moteur a une cylindrée de 6 158 cm3 et développe unepuissance de 150 ch. Il présente de nombreuses innovations, dont le rattrapage hydraulique du jeu des soupapes. Mais sa mise au point est difficile ; le système bloque les soupapes en position haute quand le régime est élevé.

En avril 1931, un prototype de voiture à traction avant est construit[1], avec une carrosserie en aluminium. Il utilise un châssis en échelle similiare à celui de la Cord et dispose d’un empattement de 3,30 m. La carrosserie, dessinée par le studio de style de Packard dirigé par Werner Gubitz, un styliste d’origine allemande, est celle d’une sedan 4 portes 6 glaces aux proportions agréables et aux lignes élégantes. En tant que prototype, elle n’est équipée d’aucun signe ou logo permettant de l’identifier comme étant une Packard.

Capable d’atteindre plus de 170 km/h, la voiture manque cependant de motricité en raison du poids insuffisant sur l’avant ; l’architecture du châssis avec le long moteur V12 faisant peser près de 60% du poids de la voiture sur l’arrière ! Elle est ainsi moins performante qu’une propulsion en côte et sur route glissante. Pour rééquilibrer la répartition des masses, il faut ajouter du poids à l’avant, ce qui rend la direction particulièrement lourde à manœuvrer (à une époque où l’assistance n’existe pas), et ce qui entraîne une forte usure des pneus avant.

La boîte de vitesse est une boîte-pont à 3 vitesses et deux rapports de pont. Ce système a été choisi pour la compacité qu’il présente. Mais les difficultés de sa mise au point retardent le programme ; en octobre 1931, la voiture n’est toujours pas prête !

Devant ce retard, et à la vue des déboires que connaît la Cord L29, Macauley décide de mettre un terme à la collaboration de Van Ranst et de ne pas donner de suite à son projet ; la Packard à douze cylindres qui est produite en 1932 est une propulsion (mais elle utilise une version réalésée du moteur développé par Van Ranst). Conservée par l’usine jusqu’en 1935, le prototype à traction avant disparaît ensuite de la circulation pour réapparaîte plusieurs années plus tard au sein de la collection Harrah.

1931 packard twinsix proto 02



[1] Mais certains prétendent que 3 exemplaires ont été construits et que 2 ont été détruits par l’usine.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site