La 2° génération de V8 (1925-1929)

1928 cadillac grille

En 1925, Lawrence P. Fischer, un des six fameux frères carrossiers, devient président de Cadillac. Fischer a un grand impact personnel sur les nouvelles voitures. Un de ses premiers objectifs est de mettre la division en sécurité en lui faisant exécuter un programme d’expansion de 5 millions de dollars pour lui permettre de produire 47.420 voitures en 1927, soit deux fois plus que son meilleur résultat.

Owen nacker

Owen Nacker dessine un moteur entièrement nouveau pour 1925. Il s’agit d’un moteur plus léger, plus résistant et plus puissant, à carter en aluminium. D’une cylindrée de 5.145 cm3, il développe 86 chevaux à 3.000 tr/mn. Le nouveau modèle prend l’appellation de « Série 314 », en raison de sa cylindrée exprimée en mesure américaine (314 pouces cubiques). En version « Sedan » (berline à conduite intérieure), la nouvelle Cadillac peut rouler à 112 km/h et accélérer de 16 à 40 km/h en 7 secondes sur le plus haut rapport.

Mais la grande novation de cette nouvelle génération de Cadillac dépasse les améliorations techniques. En effet, le modèle de 1927, la Série 314-A, est la première Cadillac a présenter les signes de ce que l’on appelle le « design ». Ce travail est dû à Harley J. Earl, la nouvelle recrue de Fred Fischer qui vient de signer la voiture « sœur » de Cadillac, la La Salle.

Harley earl

Depuis longtemps, la marque de prestige de la GM, avec ses lignes de carrosseries droites, posées et classiques, est distancée au point de vue du style par Packard. Ce « style » est un héritage des fondateurs de la marque ; en effet, quand ils présentent la Lincoln en 1920, les Leland utilisent le même genre de dessin pour leurs carrosseries, et le problème persistera longtemps malgré la prise de contrôle de leur firme par Ford. Harley Earl n’a pas le temps de redessiner entièrement la Cadillac de 1927. Néanmoins, il lui crée une gamme de 50 carrosseries différentes, produites en série ou sur commande spéciales, et un nuancier de pas moins de 5.000 combinaisons de couleurs! A l’intérieur, il redessine le tableau de bord et crée un modèle très élégant, en noyer incrusté de maillechort.

1927 cadillac phaeton

Cadillac Series 314-A Phaeton, 1927

Pour 1928, la Série 341 arbore des lignes identiques à la La Salle; longue, svelte et lisse, elle présente des proportions élégantes et inaugure « l’âge d’or » des voitures américaines classiques. Pour la première fois, elle arbore des chromes sur tous ces accessoires métalliques. Le chrome permet, en plus de son pouvoir anticorrosion, d’obtenir un brillant plus éclatant que le nickel.

1928 cadillac 341 sedan

Cadillac Series 341-A Sedan, 1928

Ainsi équipée, la Cadillac peut, sans aucun complexe, se mesurer à la référence du marché de luxe d’alors, Packard. Mécaniquement aussi, elle adopte les caractéristiques de la La Salle en recevant un nouveau V8 dérivé du 5 litres qui équipe cette dernière. La particularité de ce moteur réside dans le fonctionnement de ses bielles, qui sont actionnées rangée par rangée et non plus en « couteau et fourchette » comme sur l’ancien modèle. Ce moteur est accouplée à une boite de vitesse entièrement synchronisée, la « Synchromesh », un autre terme passé dans le langage courant anglophone. La nouvelle voiture amène la division à battre tous ces records de ventes. La production atteint 40.000 exemplaires (et 56.000 en incluant La Salle) pour l’année calendaire, et 41.172 exemplaires pour l’année modèle qui comptabilise quelques voitures construites en 1929. Elle fléchit légèrement en 1929, mais rien ne semble empêcher la venue d’une nouvelle ère de progrès et de bénéfices, sauf un « mardi noir » d’octobre 1929!

1929 cadillac town sedan1

Cadillac Series 341-B Town Sedan, 1929

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×