La Matador à l'étranger

Carrière internationale.

Au Mexique.

Vam rambler classic dpl

La berline et le coupé Matador sont assemblés à Mexico par la société Vehiculos Automotores Mexicanos (VAM) en un seul niveau de finition. VAM utilise les anciennes appellations de Rambler ; le coupé est donc la Rambler Classic SST et la berline la Rambler Classic DPL. Les modèles ne disposent en série que de freins à tambours et d’une direction non assistée, et ils sont motorisées par le 6 cylindres de 4,2 l. Pour 1972, ils abandonnent la marque Rambler pour celle de VAM ; la berline devient la VAM Classic DPL, le coupé VAM Classic Brougham. Ils reçoivent en série une version réalésée à 4,6 l du 6 cylindres (282 c.i.) qui développe 200 ch., ainsi que des freins à disque à l’avant et une suspension renforcée. Pour essayer de relancer ses ventes, le coupé est traité de façon plus sportive mais son équipement fait grimper le prix du modèle qui rencontre encore moins de succès qu’avant ! Pour 1973, VAM abandonne donc le coupé. Les changements introduits sur les modèles américains en 1974 sont répercutés au Mexique.  La VAM Classic DPL reçoit donc son capot en forme de cercueil, et le nouveau coupé est décliné en deux versions : Classic AMX (Matador X) et Classic Brougham (Matador Brougham). Le Classic AMX reçoit des jantes à cinq trous de fabrication VAM et un insigne AMX sur le côté droit de la malle de coffre. A l’intérieur, il est équipé d’un volant à trois branches, de sièges baquet, d’une console centrale et d’un levier de vitesse au plancher (emprunté à la Javelin !). Le Classic Brougham reçoit son toit en vinyle et un insigne Brougham sur le montant de custode. Pour 1976, les modèles reçoivent un pare-brise teinté et un compteur de vitesse gradué jusqu’à 160 km/h. Le Classic AMX adopte les sièges des versions Cassini, avec les emblèmes Cassini sur les appuie-tête ! Et puis, au milieu de l’année, VAM suspend la fabrication de la Matador du fait de l’arrivée de la Pacer. En effet, la loi mexicaine interdit la fabrication de plus de 3 modèle par marque et VAM produit déjà la Hornet (rebaptisée American) et la Javelin. Pour pouvoir lancer la Pacer, VAM choisit donc de supprimer la Classic qui n’atteint pas les objectifs de ventes fixés.

En Australie.

Ami rambler matador

De 1971 à 1978, la Matador est assemblée à Port Melbourne par la société Australian Motor Industries (AMI) sous ses carrosseries de berline, de break et de coupé, adaptées à la conduite à droite. Elle est diffusée sous la marque Rambler.

Publicite 1974

En Nouvelle Zélande.

Les “Rambler” Matador à conduite à droite sont assemblée à Thames par la société Campbell Motor Industries (CMI) à partir d’ensembles CKD (Complete Knock Down, entièrement démonté)  d’origine canadienne. CMI assemble des Matador jusqu’en 1975, à côté d’autres modèles d’autres constructeurs, puis la société devient Toyota New Zealand.

Au Royaume Uni.

Les Matador à conduite à droite vendues au Royaume Uni portent la marque Rambler. Elles sont fournies par AMI jusqu’en 1976, mais les derniers modèles distribués au Royaume Uni sont des versions à conduite à gauche importées des Etats-Unis.

En Europe.

Les Matador américaines sont importées sur le continent. En France, Jean-Charles Automobiles importe des versions équipées d’un maximum d’option. En 1978, la berline, le coupé et le break sont affichés au même tarif ; 64.000F en 1978, et 69.000F avec l’air conditionné ! Le coupé Barcelona est affiché quant à lui à 72.000F, quand une BMW 528 ou une Mercedes-Benz 240D coûtent 65.000F et une Porsche 924 coûte 69.900F.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×