Les années de choc (1974-1979)

Premier choc pétrolier.

Pour 1974, la législation des 8 km/h est étendue aux pare-chocs arrière et les voitures sont donc un peu plus longues. La Vega reçoit un avant incliné qui lui procure une meilleure aérodynamique et un petit air de ressemblance avec la Camaro.

1974 chevy vega gt

La Nova n’est pas modifiée et la division le clame haut et fort en indiquant qu’elle construit « essentiellement la même voiture depuis 1968 » et qu’elle « s’en félicite ».

1974 chevrolet nova

L’appellation Chevelle est abandonnée pour la seule appellation Malibu, la Laguna n’existe plus que sous la forme d’un coupé et les versions Super Sport sont supprimées.

1974 chevrolet laguna

La Camaro arbore une calandre inclinée, des pare-chocs en aluminium et des feux arrière enveloppants.

1974 chevrolet camaro

Les grandes Chevrolet ont une nouvelle calandre et leur suspension est retravaillée.

1974 chevrolet caprice classic coupe

L’avant de la Monte Carlo est également retouché avec une nouvelle calandre et des feux de stationnement plus grands.

1974 chevrolet monte carlo

Enfin, la Corvette reçoit un nouveau bouclier arrière.

1974 corvette rear

En cours d’année, les Vega, Nova et Impala sont déclinées en édition limitée ‘Spirit of America’ peinte en blanc avec des bandes bleues et rouges.

Quelques jours après la présentation de cette gamme, l’Egypte et la Syrie attaquent Israël le jour du Yom Kippour (6 octobre 1973). Le 9, le président Nixon autorise la livraison de matériels militaires à Israël. En signe de protestation, les pays arabes de l’OPEP décident d’augmenter le prix du baril de 17% (à 3,65$) et de réduire la production de 5% par mois. Le 17, ils décrètent un embargo sur les livraisons de pétrole aux Etats Unis. Le 26, la guerre s’achève par la victoire d’Israël qui occupe le plateau du Golan et la rive ouest du canal de Suez. Les pays arabes poursuivent leur embargo. Le 5 mars 1974, Israël se retire de la rive ouest du canal de Suez. L’embargo est levé le 17 mars, mais le prix du baril est passé à 12$.

1 choc petrolier

Pendant ce temps, aux Etats Unis, le prix de l’essence augmente de 57%, passant de 0,35$ à 0,55$ le gallon (soit de 9 à 14 cents le litre), une station service sur cinq n’est plus approvisionnée et le 2 janvier 1974, la vitesse est limitée à 55 mph (88 km/h) sur l’ensemble du territoire pour favoriser la réduction de la consommation de carburant[i]. Désormais, les chiffres de consommation publiés par l’EPA[ii] sont étudiés avec attention ; une Malibu à 6 cylindres consomme 14,7 l/100 (16 mpg[iii]) et sa version à moteur V8 ‘454’ consomme 30,9 l/100 (7,6 mpg).

1974 chevrolet caprice

Au final, le marché chute de 19% avec 2 millions de ventes en moins qu’en 1973. La GM et Chrysler s’effondrent de 24%, Ford de 10%, et grâce à ses petites voitures, AMC est le seul constructeur américain à progresser ! Dans ce contexte, Chevrolet peut s’estimer heureux de ne reculer que de 11% (2.515.285 exemplaires). Les full size perdent 34% (ce qui représente 417.614 voitures) et les Malibu 8%.  De façon logique, les Vega et les Nova gagnent en revanche 6 à 7%. Et il est intéressant de constater que certains acheteurs privilégient les modèles comme la Monte Carlo (+7%), la Camaro (+ 56%) et la Corvette (+ 23%). Le 1° décembre 1974, Jim McDonald devient le vice président du groupe automobile GM. Robert ‘Bob’ Lund, directeur des ventes de la division, devient le nouveau directeur général de Chevrolet. Lund est le premier directeur général depuis Ed Cole à ne pas être ingénieur, et depuis Bunkie Kundsen à pas venir de chez Pontiac.

Pas d’essence et plus de plomb.

La nouveauté technique pour 1975 est la mise en place des échappements catalytiques qu’oblige l’utilisation du carburant sans plomb prévu par la loi sur l’air de 1970 (le tuyau de remplissage du réservoir est plus étroit pour éviter tout risque de confusion). Chevrolet ressuscite l’appellation Monza pour sa « nouvelle petite voiture » dérivée de la Vega, un coupé 2+2 à la ligne acérée avec un arrière inspiré par la Ferrari Daytona. Elle est secondée par la Towne Coupé, sa version trois volumes aux phares avant circulaires. La Vega est déclinée en une version Cosworth[iv], dont le moteur 4 cylindres de 2 l à 16 soupapes, double arbre à cames en tête et injection, de 111 ch. est garanti 5 ans ou 60.000 miles. La Nova est entièrement redessinée en conservant les lignes générales de la génération précédente traitées dans un style plus carré. Selon le catalogue : « Maintenant elle est jolie ». La Chevelle/Malibu perd son statut de « modèle standard » et Chevrolet en parle comme d’une voiture de taille moyenne à prix moyen. Le ‘454’ ne développe plus que 215 ch., les boîtes de vitesses sont allongées (avec un rapport supérieur à 2,56 :1) et un économètre est installé sur le tableau de bord. La Laguna adopte un avant inspirée par celui de la Camaro. La Camaro reçoit une lunette arrière enveloppante qui améliore la visibilité. La Z-28 est abandonnée, et le V8 ‘350’ de la Rally Sport fait 155 ch. Mais Chevrolet prétend qu’elle est « dessinée pour vous aider à continuer de conduire heureux ». Avec ses modèles full size à la ligne de toit retouchée, Chevrolet prétend « donner du sens à l’Amérique ». La Caprice mesure 5,66 m et ses portières débordent sur le toit. La crise se prolonge : le marché chute encore de 19% et dépasse à peine les 7 millions de ventes. Chevrolet s’effondre de 24% et n’atteint que 1.899.306 unités. A l’exception de la Corvette et de la nouvelle Monza, tous les modèles sont en retrait, même les Vega et Nova. Les grandes Chevrolet représentent moins de 30% des ventes. Le 22 décembre 1975, le président Ford promulgue la loi sur la politique énergétique[v] qui demande aux constructeurs de répondre à des normes de consommation moyenne de leurs gammes dès 1978 (13 l/100 en 1978, 8,5 l/100 en 1985, alors qu’elle était de 19,8 l/100 en 1973)[vi].

Une voiture mondiale.

La Chevette, arrive à bon escient en 1976. Elle fait partie des voitures T destinées à concurrencer les petites voitures japonaise à travers le monde[vii]. Plus petite que la Vega, elle est proposée en coach 5 places à deux portes et un hayon. Classique à l’extrême, elle est déjà dépassée lors de sa sortie. Son 4 cylindres de 1,4 l ne développe que 52 ch., mais il ne consomme que 5,9 l/100 sur route et 8,4 l/100 en ville. Son tarif débute à 2.899$ en version Scooter, sans banquette arrière ni couvercle de boite à gants. La Vega reçoit une calandre avec des barres horizontales qui s’étendent entre les phares. Son moteur adopte des poussoirs hydrauliques. Sa boite de vitesse mécanique est désormais à 5 rapports, une première pour une voiture américaine. La Monza reçoit les mêmes améliorations mécaniques, et le choix des moteurs s’étend au V8 ‘305’ (5 l) de 140 ch. Les versions sportives sont baptisées ‘Spyder’. La Nova, dont les versions haut de gamme prennent l’appellation de ‘Concours’, est choisie par les services du Sheriff de Los Angeles qui réalisent la plus grosse commande de voitures de police jamais faite aux Etats Unis pour une voiture compacte. Les Chevelle/Malibu se distinguent les unes des autres par leur face avant, la Malibu Classic ayant une face avant aux doubles phares verticaux. Les grandes Chevrolet ne sont plus déclinées qu’en version Impala et Caprice qui se distinguent pas leurs phares ; ronds sur l’Impala, rectangulaires sur les Caprice. Le cabriolet n’est pas reconduit. La Monte Carlo arbore une face avant à phares doubles superposés. Le client peut faire peindre sa Monte Carlo en deux tons contrasté (‘Fashion Tone’). Et pour la première fois, la Corvette n’apparaît plus en cabriolet du fait de la désaffection des clients à son encontre (12% seulement des ventes en 1975, contre 65% en 1968). L’année du bicentenaire des Etats Unis est une année faste. Le marché remonte de 23% et termine à plus de 8,7 millions de voitures, Chevrolet progressant de 19%, avec 2.267.241 ventes. La Chevette réalise une belle entrée mais cannibalise les ventes de la Vega et de la Monza. Les Nova et Malibu progressent au rythme du marché, et la Monte Carlo gagne 36% avec un record de 353.272 unités. Les grandes Chevrolet marquent le pas et ne comptent plus que pour 1 vente sur 4. Enfin, la Camaro et la Corvette établissent leur record de ventes avec 182.959 unités pour la première et 46.558 unités pour la seconde.

Réduction des dimensions.

« Plus petites, plus hautes et moins larges », les Impala/Caprice de 1977 sont les premiers modèles du programme de réduction des dimensions lancé pour atteindre les objectifs fixés par les normes CAFE. Leur empattement, identique pour toutes les carrosseries, est réduit à 2,95 m, et leur longueur à 5,39 m pour les berlines et les coupés et à 5,46 m pour les breaks. Pourtant, ces nouvelles voitures sont plus spacieuses à l’intérieur grâce à une nouvelle suspension arrière et le volume du coffre est plus grand (572 l). Le 6 cylindres (4,1 l et 110 ch.) réapparait avec une consommation moyenne de 10,7 l/100 sur route et 13,8 l/100 en ville, et le V8 ‘350’ de 145 ch. consomme 11,8 l/100 sur route et 14,7 l/100 en ville. Les breaks perdent leur hayon escamotable qui est remplacé par une porte traditionnelle. La version Scooter de la Chevette reçoit une banquette arrière. La Vega perd sa version Cosworth. La Monza est déclinée en une édition limitée ‘Mirage’, aux extensions aérodynamiques et à la définition sportive, tandis que la face avant de la Towne Coupe est redessinée avec des phares doubles. De plus en plus de services de police commandent des Nova. La Chevelle perd sa version Laguna alors que la Camaro retrouve sa version Z-28. La Monte Carlo arbore une calandre retravaillée dans un style un peu lourd. Le marché est toujours en hausse mais Chevrolet recule de 2% : les petits modèles sont à bout de souffle (-9% pour la Monza, -29% pour la Chevette et -51% pour la Vega), les Chevelle Malibu perdent 2% et les nouvelles Impala/Caprice font moins bien que leurs prédécesseurs (-5%). En revanche, les modèles plus personnels ont du succès : la Monte Carlo (411.038 ex.), la Corvette (49.213 ex.) et la Camaro (218.853) battent leur record de production. La Camaro réussit même l’exploit de battre la Ford Mustang.

Réduction des dimensions ; 2° phase.

Le programme de réduction des dimensions s’étend aux modèles intermédiaires en 1978. La nouvelle Malibu (l’appellation Chevelle est abandonnée), sur empattement de 2,74 m, a une longueur de 4,89 m et ne pèse que 1.480 kg. L’espace intérieur est cependant plus grand du fait d’une caisse plus carrée, de portes amincies et de sièges moins épais. Le moteur de série est un V6 de 3,3 l de 95 ch., mais l’acheteur peut choisir le V6 de 3,8 l de 105 ch. d’origine Buick ou le V8 ‘305’. La Monte Carlo subit également cette cure en adaptant son style à sa nouvelle plateforme, les phares étant désormais rectangulaires. Sa longueur est encore de 5,09 m, mais son poids n’est plus que de 1.425 kg. Le choix des moteurs est limité au V6 de 3,8 l et au V8 de 5 l. La Chevette essaie de se relancer avec une version 4/5 portes. La Vega n’est pas reconduite, mais sa version break est reprise dans la gamme Monza qui reçoit deux phares ronds et une calandre à deux barres en croix. La version sport conserve une face inclinée à quatre phares. Le 4 cylindres en aluminium est remplacé par le 4 cylindres ‘Iron Duke’ de 2,5 l et 85 ch. d’origine Pontiac. La Nova est retouchée à l’avant et à l’arrière dans le style de la Concours qui est remplacée par une version Custom moins chère. Mais la calandre des Nova (en damier) diffère toujours de celle des Custom (à barres verticales fines). Et ce sont les services de police de 48 états qui roulent en Nova ! La Camaro change de nez et adopte un bouclier en polyuréthane avec une calandre qui s’étend de part et d’autre du pare-chocs. La Z-28 se reconnaît avec ses ouïes d’aération sur les ailes avant. La Corvette perd son appellation de Stingray et sa partie arrière est redessinée autour d’une énorme bulle vitrée : il n’y a plus que deux V8 ‘350’ ; le ‘L48’ de 185 ch. et le ‘L82’ de 220 ch. Elle fait l’objet de deux éditions limitées : la Silver Anniversary pour célébrer les 25 ans du modèle, et l’Indy 500 Pace Car Replica pour célébrer son choix comme voiture de sécurité de la célèbre course. Le marché est en baisse de 3% et Chevrolet résiste légèrement (-1%). La Chevette double ses ventes, la Monza récupère une partie de la clientèle de la Vega, mais les autres modèles sont en forte baisse : -21% pour la Nova, -10% pour la Malibu, -11% pour les Impala/Caprice, -13% pour la Monte Carlo et -3% pour la Corvette. Mais la Camaro continue à battre son record de ventes (272.631 ex.) !

La gamme est reconduite pour 1979. La Chevette est modernisée avec une calandre en une pièce et des phares carrés. La gamme de la Monza est réduite. La production de la Nova s’arrête en novembre 1978. Ce sont maintenant les Malibu et les Impala qui remplacent les Nova dans le catalogue des véhicules proposés à la police. La Malibu est proposée en option avec un nouveau V8 de 4,4 l (267 c.i.). La Camaro est déclinée en version ‘Berlinetta’ qui remplace la LT, et qui se singularise par une calandre particulière et des roues en alliage. La Monte Carlo peut être commandée avec des panneaux de toit teintés démontables à ranger dans le coffre. Enfin, la Corvette s’embourgeoise avec les vitres électriques, la stéréo et la commande centralisée des portières en série. Le marché recule encore de 3% et Chevrolet de 1% seulement. L’année est particulièrement faste pour les Chevette, Monza, Malibu, Camaro et Corvette (58.807 unités soit 2,7% des ventes de la marque) qui obtiennent leurs meilleurs résultats de la décennie ! En revanche, la Nova s’effondre des deux tiers, celles de la Monte Carlo de 12% et celles des Impala et Caprice de 5%, qui avec 469.834 unités ne représentent plus que 21% des ventes de la division.

Ce dernier résultat marque la fin de l’époque glorieuse des grandes américaines. Un nouveau choc pétrolier affecte le marché américain au printemps de 1979 au moment où Chevrolet dévoile sa voiture destinée à concurrencer les Volkswagen Golf et Toyota Corolla.

 

[i] A cette date, 12 états avaient déjà adopté une telle limitation de vitesse, et 9 autres avaient même une limitation à 50 mph (80 km/h).

[ii] Environmental Protection Agency, l’équivalent de l’ADEME française.

[iii] Miles per gallon (miles par gallon) ; il est frappant de constater que les français comptent la quantité de carburant consommée pour une distance donnée alors que les américains comptent la distance qu’ils peuvent parcourir par litre de carburant consommé.

[iv] Firme fondé par l’association de Franck Costin et de Ken Duckworth, Cosworth Engineering est alors célèbre pour ses versions du V8 Ford destinée au championnat CanAm (et à la Formule 1 pour les européens).

[v] Energy Policy and Conservation Act

[vi] CAFE : corporate average fuel economy (économie d’essence moyenne d’entreprise)

[vii] sous les appellations d’Opel Kadett City en Europe, de Vauxhall Chevette au Royaume Uni, d’Isuzu Gemini en Asie, de Holden Gemini en Australie,  de Chevrolet K-180 en Amérique Latine et de Chevrolet Chevette au Brésil.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site